Archive for mai 2015

Ceux qui vivent à l’intérieur des arbres

Fotolia_71075932_M

Sa collecte est interdite dans les forêts sacrées du Bénin. Dans les jardins de Kagoyamaen au Japon, ils sont deux à avoir été mis en sécurité et conservés. L’arbre mort semble avoir un statut bien particulier dans les forêts du monde entier. Pourquoi ?

Couchés ou encore debout, les arbres morts ne sont pas amenés à disparaître pour autant. Au contraire, la fonction d’habitation qu’ils prennent alors font d’eux des chaînons majeurs des écosystèmes forestiers.

Humide, le bois récemment mort est d’abord colonisé par des champignons et des bactéries qui trouvent là le terreau idéal pour pouvoir prospérer. Ils sont des acteurs essentiels du recyclage de la matière ligneuse et de la minéralisation de la matière organique qui, in fine, permettra au bois de devenir terreau puis humus.

En deuxième ligne arrivent les gastéropodes et les insectes qui trouvent dans les cavités provoquées par sa sénescence des abris idéaux pour pondre et se reproduire. Les petits ne quitteront pas ce milieu jusqu’à ce qu’ils atteignent leur taille adulte. Par la suite, ils reviendront dans ces sanctuaires pour y délivrer la future génération.

De nombreux oiseaux et mammifères (chauve-souris, musaraignes, hérissons, etc) se nourrissent d’espèces saproxyliques. L’intérieur des troncs constituent donc pour eux un véritable garde-manger. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à utiliser ces endroits pour se réfugier et nicher.

Ôter le bois mort des forêts représenterait une menace directe pour la survie de nombreuses espèces. Aussi au SyAGE, quand il est nécessaire de déplacer du bois mort pour des raisons de sécurité, nous faisons en sorte de regrouper en un même lieu tout ce que nous transportons pour former de véritables niches écologiques, propices au développement de la biodiversité dans la vallée de l’Yerres.

La pêche pour tous ! – Travaux en cours sur l’étang de Villecresnes

image-article-web

 
À la demande de l’AAPPMA du Plateau Briard, le SyAGE effectue la pose d’un ponton Handi’Pêche à l’étang de Villecresnes.
Ces travaux ont commencé le lundi 4 mai 2015, et finiront la deuxième semaine de Juin.

À l’installation du ponton permettant aux personnes à mobilité réduite de pêcher en toute sécurité, s’ajoutera la création d’une frayère où les poissons pourront trouver un abri pour se reproduire.

À côté de ces travaux sont prévus d’autres aménagements pour les pêcheurs et les promeneurs.

Coûts des travaux : 21 000 euros TTC.