A chaque saison, sa faune et sa flore : l’automne

Publié le 21 septembre 2016

Ambiance rivière

L’Yerres et ses abords abritent une riche biodiversité. Mais d’une saison à l’autre, la faune et la flore varient. A l’approche de l’automne, la nature commence à s’endormir et ne se réveillera qu’en février ou mars. Quelques plantes et animaux font exception.

Côté faune…

Hérissons, batraciens, insectes, serpents… Pour la majorité des habitants des lieux, l’automne est synonyme de sommeil prolongé. « La durée des journées raccourcit, les températures baissent et les ressources alimentaires deviennent plus rares. Ces animaux entrent en léthargie, une période où ils vont être très peu actifs » explique Vincent Delecour, chargé de la valorisation du patrimoine naturel au SyAGE.

Le hérisson peut ainsi faire son lit dans une vieille souche ou sous un tas de feuilles. Grenouilles et crapauds se réfugient sous un tronc couché ou dans les berges envasées. « Les chauves-souris trouveront une cavité soit dans du bâti ancien, un lavoir par exemple, soit dans des vieux arbres laissés délibérément pour elles le long de la rivière », ajoute Vincent Delecour. Enfin, les rares couleuvres entrent également en hibernation.

Quant aux oiseaux, la plupart prennent leur envol dès le mois de septembre pour effectuer leur migration vers le Sud. C’est notamment le cas des passereaux : hirondelles, martinets ou encore fauvettes à tête noire. A l’inverse, d’autres arrivent comme les tarins des aulnes.

En revanche, ni sommeil, ni migration pour les espèces invasives comme les ragondins et les perruches à collier. Les moineaux domestiques restent également bien visibles dans le paysage « mais ils ont tendance à se rapprocher des hommes et des habitations pour trouver leur nourriture », indique Vincent Delecour. De leur côté, les écureuils roux s’activent, effectuant des réserves pour affronter l’hiver.

Côté flore…

Finies les belles couleurs ! Pour l’ensemble des fleurs et plantes situées aux abords de l’Yerres, ne restent que les tiges sèches. Seules les salicaires, les guimauves et les pulicaires arborent encore quelques fleurs à l’automne.

Une plante se distingue toutefois par sa floraison inversée, qui a lieu en automne. « Le lierre, dont les fleurs constituent à cette époque une manne alimentaire pour les abeilles avant qu’elles n’aillent passer l’hiver à l’abri », précise Vincent Delecour.

Prochain épisode : la faune et la flore en hiver…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *