Ateliers d’arpentage : un travail participatif pour définir une gestion de l’eau à moyen et long terme

Ateliers d’arpentage : un travail participatif pour définir une gestion de l’eau à moyen et long terme

Publié le 16 février 2021

La Commission Locale de l’eau (CLE)* du SAGE de l’Yerres portée par le SyAGE, a organisé trois ateliers d’arpentage à Soignolles-en-Brie, à Courpalay (Seine-et-Marne) en septembre dernier et à Epinay-sous-Sénart (Seine-et-Marne), au mois d’octobre. Encadrés par un bureau d’études, ces temps d’échanges ont réuni des riverains, des élus locaux, des représentants d’associations et de l’État… qui permettront d’apporter un ancrage local à l’expertise réalisée par le cabinet AScA.

« On attend des échanges nourris sur ces enjeux sensibles. On veut donner du sens aux problématiques techniques ». Jean-Baptiste Narcy et Gaëlle Chevillotte du bureau d’études AScA ont bien planté le décor avant le début de l’arpentage, en début de matinée. Munis de leur téléphone portable, les participants, des riverains, des élus locaux et des initiés (AQUI’Brie, CAUE 77, AESN…)  devaient photographier ce qui suscitait chez eux des impressions positives ou négatives sur la place de l’eau lors du cheminement. Et ce qui évoquait des craintes ou des espoirs pour vivre dans ce lieu, avec le changement climatique.

Car cette démarche participative s’inscrit dans un temps long et un contexte de réchauffement de la planète. Yerres 2054. « Elle fait partie de l’étude de révision du SAGE de l’Yerres* » précise Jumaanah Khodabocus, animatrice du SAGE de l’Yerres. « Les trois ateliers d’arpentage font partie du lot 2 qui a été attribué au bureau d’études AsCa. Cette phase a pour objectif de définir en concertation avec les acteurs une vision de leur territoire à long terme pour pouvoir définir à moyen terme  (2027) des objectifs à atteindre en matière de gestion concertée et équilibrée de l’eau.

Continuités écologiques

L’objectif est de partager l’expertise des intervenants mais aussi le ressenti et la vision des acteurs locaux. Le premier atelier s’est déroulé à Soignolles-en-Brie (Seine-et-Marne) autour de la rivière et plus particulièrement au niveau des travaux de restauration des continuités écologiques de l’Yerres, sous la houlette de la Fédération de pêche de Seine-et-Marne qui porte le projet. Les participants se sont retrouvés ensuite durant l’après-midi partagés dans plusieurs groupes de travail. Chacun expliquait la sélection de ces deux photos prises durant l’arpentage. Les photos étaient ensuite regroupées par thématiques auxquelles un slogan était déterminé. Un travail collectif qui a permis ainsi de mettre le doigt sur des enjeux sensibles et des solutions possibles aux problématiques rencontrées.

L’opération a été reconduite à Courpalay (Seine-et-Marne) sur les questions d’espace agricole et d’aménagement au regard de la gestion de l’eau et des épisodes de ruissellement torrentiel qui touchent régulièrement la commune. Plusieurs riverains ont d’ailleurs relaté les dégâts provoqués par ces ruissellements dans leur maison.

Le troisième atelier abordait la thématique de l’eau en ville, dans le quartier des cinéastes à Epinay-sous-Sénart, qui a fait l’objet d’une importante opération de rénovation urbaine entre 2013 et 2016.

Dans ce projet, la gestion technique de l’eau a été une réussite même si ce n’est pas le cas de la grande place imperméabilisée selon les habitants du quartier qui n’est pas suffisamment ouvert sur les bords de l’Yerres et sa zone d’expansion de crue qui offrent un cadre naturel exceptionnel en milieu urbain.

Accroche locale

La concertation préalable du public est une étape obligatoire dans la procédure de révision du SAGE de l’Yerres. Elle permet aux habitants du bassin versant, aux usagers, aux riverains de s’approprier cet outil de planification et de participer à la réflexion sur la stratégie à adopter sur la stratégie à adopter sur leur territoire. « La CLE a également souhaité mettre l’accent sur la concertation des acteurs pour donner au SAGE révisé une plus forte accroche locale » indique Jumaanah Khodabocus.

Tous ces éléments vont être exploités par le bureau d’études pour son expertise qui va contribuer à identifier les enjeux et définir les grandes orientations du SAGE de l’Yerres et de fonder le socle des prochaines étapes liées à la rédaction du Plan d’Aménagement et de Gestion Durable (PAGD) qui fixe par enjeu les objectifs de gestion équilibrée des ressources.

Et ailleurs, ça marche ?

Le bureau d’études AScA a déjà réalisé des ateliers d’arpentage photographique comme celui réalisés pour la définition de stratégies d’aménagement et de développement durable sur le thème « rendre les villes perméables : les gains pour la gestion de l’eau et l’aménagement du territoire sur la métropole Aix Marseille Provence », en juin 2019. Il s’est inscrit dans le cadre d’une Assistance à maîtrise d’ouvrage auprès de la DREAL PACA, de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et de la DDT 13.

« L’idée était notamment de saisir par la photo ce qu’est habiter ou vivre la ville avec l’eau de pluie » précise Gaëlle Chevillotte, ingénieur du génie rural, des eaux et forêts chez AScA. « L’enjeu était de valoriser des interstices et interfaces du tissu urbain par le développement d’un réseau d’espaces collectifs de proximité. Au final, on a associé des techniques alternatives de gestion du pluvial et de nouvelles fonctions urbaines (mobilités douces, nature en ville…) : de l’espace résiduel à l’espace collectif. Sans ce travail participatif de terrain, tout cela n’aurait pas émergé. Cela a été une plus-value importante ».

*Qu’est-ce qu’un SAGE ?

Le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux est un outil de planification à portée règlementaire et assure un suivi rigoureux de sa mise en œuvre et du respect de ses mesures. C’est l’outil de mise en œuvre de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau (DCE) qui fixe le cadre pour la gestion de l’eau.

C’est la déclinaison du SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux)

*C’est quoi, la CLE ?

Non, cette CLE n’ouvre pas de serrure ! C’est la Commission Locale de l’Eau. Une sorte de parlement de l’eau qui assure le suivi et la mise en œuvre du SAGE. C’est une instance indépendante locale de concertation qui représente les acteurs du territoire : collectivités territoriales et établissements publics locaux, usagers, propriétaires riverains, organisations syndicales et professionnelles, associations et services de l’État. Concrètement, elle définit des axes de travail, organise le calendrier de la démarche, anime la concertation, suit la mise en œuvre du SAGE, arbitre les conflits éventuels…

La CLE n’ayant pas de personnalité morale et juridique propres, ni de moyens de fonctionnement, celle-ci doit s’appuyer sur une structure porteuse assurant le secrétariat technique, l’animation, la maîtrise d’ouvrage des études nécessaires au SAGE. Son portage administratif est assuré par le SyAGE depuis le 1er octobre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *