Campagne de prélèvements biologiques dans l’Yerres pour mesurer la qualité de l’eau

Campagne de prélèvements biologiques dans l’Yerres pour mesurer la qualité de l’eau

Publié le 1 décembre 2020

Le bureau d’études PEMA (groupe Pingat) a réalisé des prélèvements de macro-invertébrés dans l’Yerres et certains de ses affluents, durant l’été, pour évaluer la qualité de l’eau.

La campagne de prélèvements dite IBGN (Indice Biologique  Global Normalisé) est réalisée chaque année dans plusieurs stations comme celle effectuée en août dernier à Combs-la-Ville, sous le pont du diable. « Différents types de substrats où sont susceptibles de se développer plusieurs larves sont prélevés dans la rivière » explique Marine Bedard.

Accompagnée de deux stagiaires, Mathieu et Fatou, la chargée d’études hydrobiologiste a ainsi ramassé des larves, des plantes aquatiques, des petits cailloux et des racines dans son surber. Les prélèvements sont assurés selon un plan défini en fonction de normes précises. Les échantillons seront ensuite triés, déterminés et comptabilisés et permettront de mesurer l’état biologique de la rivière.

C’est quoi des macro-invertébrés ?

Ce sont des petits animaux vivant au fond de la rivière, sur et dans les sédiments, visibles à l’œil nu et sans colonne vertébrale : des larves d’insectes (larve, nymphe, adulte), des mollusques, des crustacés, des vers… 

Pourquoi prélever les macro-invertébrés aquatiques ?

Ils sont couramment utilisés pour déterminer la qualité biologique des cours d’eau en raison de leur sensibilité aux changements de la qualité de l’environnement.

Pour les études de qualité d’eau, les macro-invertébrés aquatiques sont classés en plusieurs groupes en fonction de leur capacité à tolérer la pollution de l’eau : du plus sensible à la pollution, au plus tolérant à la pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *