Ceux qui vivent à l’intérieur des arbres

Publié le 22 mai 2015

Fotolia_71075932_M

Sa collecte est interdite dans les forêts sacrées du Bénin. Dans les jardins de Kagoyamaen au Japon, ils sont deux à avoir été mis en sécurité et conservés. L’arbre mort semble avoir un statut bien particulier dans les forêts du monde entier. Pourquoi ?

Couchés ou encore debout, les arbres morts ne sont pas amenés à disparaître pour autant. Au contraire, la fonction d’habitation qu’ils prennent alors font d’eux des chaînons majeurs des écosystèmes forestiers.

Humide, le bois récemment mort est d’abord colonisé par des champignons et des bactéries qui trouvent là le terreau idéal pour pouvoir prospérer. Ils sont des acteurs essentiels du recyclage de la matière ligneuse et de la minéralisation de la matière organique qui, in fine, permettra au bois de devenir terreau puis humus.

En deuxième ligne arrivent les gastéropodes et les insectes qui trouvent dans les cavités provoquées par sa sénescence des abris idéaux pour pondre et se reproduire. Les petits ne quitteront pas ce milieu jusqu’à ce qu’ils atteignent leur taille adulte. Par la suite, ils reviendront dans ces sanctuaires pour y délivrer la future génération.

De nombreux oiseaux et mammifères (chauve-souris, musaraignes, hérissons, etc) se nourrissent d’espèces saproxyliques. L’intérieur des troncs constituent donc pour eux un véritable garde-manger. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à utiliser ces endroits pour se réfugier et nicher.

Ôter le bois mort des forêts représenterait une menace directe pour la survie de nombreuses espèces. Aussi au SyAGE, quand il est nécessaire de déplacer du bois mort pour des raisons de sécurité, nous faisons en sorte de regrouper en un même lieu tout ce que nous transportons pour former de véritables niches écologiques, propices au développement de la biodiversité dans la vallée de l’Yerres.

4 commentaires

  1. fougere franck

    Bonjour, je suis propriétaire de forets et laisse des arbres morts pour la biodiversité.Un gros problème se pose.Mon assurance ne couvre pas les dommages causés par la chute d’ un arbre mort.C’ est donc moi qui serai poursuivi en cas de dommage a autrui.Que faire, sachant que le balisage n’ est pas efficace et qu’ il est hors de question d’ empêcher la promenade aux gens?je conserverai quoi qu’ il en soit ces arbres qui ont un intérêt vital pour beaucoup d’ espèces.

    • SyAGE

      Bonjour,

      merci pour votre message.

      Le SyAGE (structure publique à laquelle appartient ce blog – http://www.syage.org/ est un syndicat mixte intercommunal auquel les communes adhérentes ont délégué les compétences ‘ Assainissement ‘, ‘ Gestion des eaux ‘ et ‘ mise en oeuvre du SAGE ‘. C’est donc en vertu de la compétence ‘ Gestion des eaux ‘ que le SyAGE s’occupe notamment des berges de l’Yerres, la rivière coulant sur son territoire. À ce titre, il nous a semblé opportun d’écrire l’article ‘ ceux qui vivent à l’intérieur des arbres ‘, pour expliquer au grand public la manière dont nous entretenons les berges de l’Yerres, et la végétation qui s’y trouve.

      Nous ne sommes donc pas compétents en matière de gestion de forêts, et vous conseillons d’entrer en contact avec l’Office National des Forêts, ou le Ministère de l’Ecologie, pour avoir des réponses sur ce sujet.

      En vous remerciant par avance pour votre compréhension.

      • fougere franck

        Je vous félicite pour votre article, votre oeuvre et votre engagement.Merci de votre conseil de contacter ces deux organismes.Je m’ en abstiendrai, car ce n’ est pas leurs missions.Qu’ ils s’ occupent de gérer les espaces naturels que nous leur confions, je suis assez compétent pour gérer ceux qui m’ appartiennent.L’ ONF gère les forets publiques et des collectivités.Le ministere de l’ environnement a des missions diverses et varieés concernant la défense de l’ environnement, sauf celle de conseiller les propriétaires privés.Je suis un homme de terrain, plus habitué a manier la tronçonneuse et la débroussailleuse que le stylo, je laisse ces organismes a leurs fonctions, nous les payons assez cher pour cela.Je cherche a sensibiliser les personnes qui laissent des arbres bio sur le fait qu’ ils sont responsables pénalement en cas de « pépin ».C’ est d’ un assureur que j’ ai besoin, or aucun ne souhaite me faire de contrat pour ces arbres.L’ un des lecteurs de votre blog pourra peut etre me conseiller.
        Bonne continuation a vous.
        Cordialement
        Franck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *