Draveil : des aménagements pour lutter contre les inondations pluviales

Publié le 13 décembre 2016

terrassements-frayere-port-aux-cerises-draveil-16-11-16-2

Une meilleure gestion des eaux de pluie contribue à réduire le risque d’inondation. A Draveil, d’importants travaux, organisés et supervisés par le SyAGE, s’inscrivent dans cet objectif. Ces chantiers d’envergure s’accompagnent d’un projet de mesure compensatoire. L’ensemble de ces opérations a impliqué plusieurs services du Syndicat.

Près de l’étang Laveyssière, des coups métalliques réguliers résonnent. Un engin frappe sur une palplanche tout autour des ouvrages en construction jusqu’à atteindre la couche calcaire du sol. Au même moment, à l’ouest du plan d’eau et à quelques mètres du port de plaisance, des tractopelles s’activent pour déblayerp10704902 le terrain et esquisser la future frayère. Ces deux chantiers concomitants font partie d’un grand projet de gestion des eaux pluviales chapeauté par le SyAGE.

A plusieurs reprises ces dernières années, le quartier de la Villa à Draveil a en effet connu des inondations importantes touchant les voies publiques et les habitations. Provoqués par le ruissellement des eaux de pluie, ces phénomènes se sont répétés lors de fortes précipitations. Afin de remédier à ce problème, des aménagements, effectués en plusieurs phases et gérés par le SyAGE, ont été conçus et mis en œuvre.

Le réseau de collecte des eaux pluviales

Depuis fin juin 2016, des entreprises de travaux sont intervenues dans l’avenue Maignan et le long d’une partie du boulevard Charles-De-Gaulle. Ces chantiers ont d’abord consisté à redimensionner et à poser de nouvelles canalisations acheminant les eaux pluviales. Au total, plus de 600 mètres de réseau ont été aménagés jusqu’à l’entrée de l’île de Loisirs du Port aux Cerises, aux abords de l’étang Laveyssière. Sur ce parcours, plusieurs autres installations ont également été réalisées. Ainsi, des intercepteurs équipés de surverses permettront d’orienter les eaux de pluie dans la direction

adéquate. Autre exemple : les instruments de mesure (capteurs, sondes…). « Ils servent notamment à mesurer le débit, la hauteur de l’eau et à détecter les ouvertures et fermetures de clapets, le tout à distance », explique Amira Kaddour, chargée d’opérations d’assainissement au service Travaux du SyAGE.

La roselière de l’étang Laveyssière

Une partie des eaux de pluie ainsi collectées termine sa course dans l’étang Laveyssière. Afin de prévenir les cas de pollutions diverses, ces eaux doivent être traitées avant de pouvoir rejoindre le plan d’eau. Deux étapes de filtration sont donc prévues. Un premier ouvrage tampon, long de 15 mètres, sert de prétraitement. Il permet de retenir certains polluants (hydrocarbures, huiles, matières solides, etc.), notamment grâce à un système de siphon. Les eaux ainsi nettoyées poursuivent leur trajet pour atteindre une lagune de dissipation. Dans cette zone située en bordure de l’étang, une roselière a été conçue pour épurer naturellement les eaux pluviales, grâce à des plantations de diverses espèces de roseaux et à des roches calcaires formant un merlon. « Pour obtenir un massif hétérogène, plusieurs espèces ont été plantées selon la profondeur de l’eau : des roseaux communs, des baldingères et des glycéries », précise Vincent Delecour, chargé de la valorisation du patrimoine naturel au sein du SyAGE. Au niveau du merlon de roches, un regard permettra ensuite aux agents du service Contrôle des Milieux Naturels du Syndicat d’effectuer des prélèvements pour évaluer la qualité des eaux rejetées dans l’étang.

La frayère à brochets

« Pour réaliser la lagune de dissipation et la roselière, il a fallu remblayer une partie de l’étang. La police de l’eau*a donc demandé une mesure pour compenser le volume d’eau occupé », indique Vincent Delecour. « Cette compensation consiste en la réhabilitation d’une frayère à brochet située sur un bras mort de Seine qui sera, à terme, remis en eau », poursuit Amira Kaddour. Cet habitat naturel sert de refuge aux poissons et aux batraciens pour leur reproduction.

terrassements-frayere-port-aux-cerises-draveil-1

L’entreprise prestataire en charge de la roselière s’occupe également de la frayère, en particulier du terrassement. Les agents du service Gestion et Entretien des Milieux Naturels sont quant à eux intervenus pour déboiser. « Laisser entrer la lumière est indispensable pour le développement de la végétation aquatique et de la biodiversité. Les plantes indigènes déjà présentes, comme les roseaux et le carex vont ensuite se réapproprier l’espace », souligne Vincent Delecour.

L’ensemble des chantiers actuellement en cours dans l’île de Loisirs devraient se terminer au cours du premier semestre 2017.

*Service de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) d’Ile-de-France chargé notamment du contrôle des installations, ouvrages, travaux ou activités ayant un impact sur le milieu aquatique, avec lequel le SyAGE a travaillé lors de la conception du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *