Exposition : l’Yerres, du labeur aux loisirs

Publié le 13 septembre 2016

 

Magali Botlan, la directrice du musée Robert Dubois-Corneau propose l'exposition "L'Yerres, histoire d'une rivière" jusqu'au 29 janvier 2017.

La nouvelle exposition du musée plonge les visiteurs aux 19e et 20e siècles sur les bords de l’Yerres.

 

« A 20km de Paris, Brunoy vous offre… sa piscine et ses jeux nautiques, sa forêt. » Le slogan, agrémenté d’une pin-up en maillot de bain, pourrait être celui d’une campagne de communication d’aujourd’hui. Il date pourtant des années 1950 et prend place sur une affiche présentée au musée Robert Dubois-Corneau à Brunoy, dans le cadre de la nouvelle exposition « L’Yerres, histoire d’une rivière ».

A travers des photos, cartes postales, dessins, gravures et peintures, le musée propose aux visiteurs une plongée dans les 19e et 20e siècles, sur les bords de l’Yerres, à la découverte des diverses activités qui rythmaient la vie des riverains de la rivière, depuis Soignolles-en-Brie jusqu’à Villeneuve-Saint-Georges.

Essor des divertissements nautiques

L’Yerres laborieuse du 19e siècle est ainsi représentée par les ponts, les moulins ou encore les lavoirs, où les gens s’activent et se retrouvent pour discuter. « Avant d’être un paysage et un lieu de promenade, l’Yerres est une ressource naturelle qui sert pour de nombreuses activités », explique Magali Botlan, directrice du musée. expo_musee_2

Dans la salle suivante, c’est l’Yerres des loisirs qui émergent à la Belle Epoque. « Les villes du bord de la rivière deviennent des lieux de villégiature. De grandes propriétés de riches bourgeois sont construites, avec des passerelles donnant un accès direct à l’eau et des garages à bateaux », poursuit Magali Botlan.

Mais ces loisirs ne tardent pas à se démocratiser. Un tourisme plus populaire apparaît en effet avec les guinguettes, le canotage, les baignades qui attirent citadins et promeneurs le dimanche. « Les maires en tenaient déjà compte à l’époque pour le développement économique. Les commerçants étaient par exemple incités à bien accueillir les touristes. Les horaires de train étaient adaptés pour leur venue et des billets à tarifs préférentiel étaient proposés », souligne la directrice du musée. Point d’orgue de cet essor des loisirs nautiques : la piscine de Brunoy, construite sur les bords de la rivière et inaugurée en 1953.

Professionnels vs amateursaffiche-expo-musee-brunoy

Cette exposition met également en avant les œuvres d’artistes du Val d’Yerres comme Jules Michelin, Kuwasseg, Numance Bouel ou encore Alfred Robaut. « A partir de l’arrivée du train en 1849, les artistes vont se déplacer beaucoup plus et la vallée de l’Yerres devient l’une des destinations faciles d’accès et une source d’inspiration prisée. » Les talents reconnus voisinent avec les photographies d’amateurs, qui s’adonnent à cet art nouveau au bord de l’eau, favorisé par un matériel de plus en plus simple à utiliser.

Dans cette exposition, qui se tient du 16 septembre au 29 janvier 2017, les visiteurs pourront par ailleurs découvrir un espace dédié aux principales crues de 1910, 1978 et 2016, immortalisées sur des photographies et sur des cartes postales anciennes.

Journées Européennes du Patrimoine

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, outre la visite libre de l’exposition, une conférence contée sur la mythologie de l’Yerres est proposée au musée le samedi 17 septembre ainsi qu’une visite guidée, effectuée par Magali Botlan, le dimanche 18 septembre. Enfin, les enfants à partir de 6 ans pourront remplir un quiz basé sur un parcours-découverte du patrimoine de Brunoy et se verront, à leur arrivée au musée, remettre un cadeau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *