Grand nettoyage de l’Yerres au barrage du Rochopt

Grand nettoyage de l’Yerres au barrage du Rochopt

Publié le 16 juin 2020

La brigade verte du SyAGE a assuré une grande opération nettoyage de la rivière au barrage du Rochopt à Boussy-Saint-Antoine, début juin, durant trois jours. Celle-ci n’était pas retournée sur le site depuis plusieurs mois, en raison du confinement.

En trois mois, plusieurs embâcles s’étaient formés au niveau du barrage du Rochopt, dont le plus imposant au niveau du radier, à cause d’un grand tronc d’arbre où de nombreux déchets se sont progressivement agglomérés pour former une grosse masse.
Habituellement, leur intervention ne dure que quelques heures. « Là, c’est trois jours de boulot ! » confie Gaëtan de la brigade verte du SyAGE, qui assure le nettoyage et l’entretien des cours d’eau et des berges.
Depuis 7h du matin, il est à pied d’œuvre avec Nathalie et Alexandre, malgré la température un peu fraiche en cette fin de printemps. Seul Tristan, en congés, manque à l’appel de la brigade verte.
« On va d’abord commencer par ramasser les déchets, puis les petits bois. La phase suivante sera ensuite tous les déchets emmêlés ou coincés autour du grand tronc d’arbre. Et dernière phase : ramassage et débardage du bois.

8m de profondeur

Equipés de leur wader, qui leur permet de rester au sec dans l’eau, Gaëtan et Alexandre avancent précautionneusement au milieu de la rivière pour aller réduire un autre embâcle. Le courant est important à certains endroits. Mais surtout certaines peuvent être assez profondes. « Cela peut atteindre 3 m de profondeur juste un peu plus loin » précise Gaëtan. « Et même jusqu’à 8 m, le record, à Périgny-sur-Yerres ».
Des interventions qui peuvent être assez physiques surtout lorsqu’il s’agit de retirer des troncs d’arbre de plus de 70 kg. Les agents du SyAGE ont alors recours à des cordages. Leur véhicule est doté d’un treuil capable de tracter un poids de 4 tonnes. Voire deux à quatre fois plus en rajouter un système de poulie.
Pendant ce temps, sur les berges, Nathalie s’échine avec sa grande pince pour ramasser les détritus qui remplissent son sac poubelle noir à vue d’œil. « Depuis la fin du confinement, on trouve beaucoup de masques et de gants en plastique.

Hérons, écureuils et renards

Rien d’étonnant pour la brigade verte. Elle en a vu d’autres. Les objets insolites récupérés dans la rivière ne sont malheureusement pas rares. « Vélos, trottinettes, caddies, barrières métalliques, scooters ou même… voitures ! » La liste n’est pas exhaustive. « On aime bien toutes les urgences. C’est souvent une opération technique. Il faut être réactif » confie la référente de la brigade verte.
Pas de quoi saper le moral de cette équipe soudée, qui déjeune ensemble tous les jours au bord de la rivière.
Amoureux de la nature, pêcheurs émérites, ils ne boudent pas leur plaisir d’évoluer quotidiennement au milieu d’un joli cadre naturel. « Les journées ne sont jamais identiques. Et il n’est pas rare que l’on croise des poissons, des hérons, des martins-pêcheurs, des écureuils ou des renards … Un vrai bonheur. »

1,7 tonne de bois débardés

Au barrage du Rochopt, la brigade verte n’a pas chômé durant ces trois jours printaniers. 1,7 tonne de bois a été débardée et évacuée à la déchetterie du SIVOM et 30 kg de déchets.
L’ouvrage géré par le SyAGE a fait l’objet d’un abaissement en octobre 2018 pour retrouver un fonctionnement naturel qui permettra à la rivière de s’autoréguler et d’atteindre un bon état écologique.
Le site est donc particulièrement suivi par plusieurs services du syndicat mixte dont la brigade verte, ou encore la régie de prévention des inondations qui assure la surveillance et l’entretien des ouvrages hydrauliques permettant de réguler les débits de l’Yerres en aval.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *