Pédagogie : les collégiens et l’eau

Publié le 30 mars 2015

P1010184-la-mieux-web-600x300

Portrait d’une enseignante pas comme les autres …

Sylvie Pagnot est une jeune professeur de Physique-Chimie au collège Bellevue à Crosne. En 2008, elle apprend l’existence du dispositif « classes d’eau » par le biais d’un collègue d’école primaire. Aussitôt, Sylvie se rapproche du SyAGE, car c’est le Syndicat qui est le relais de l’Agence Seine-Normandie pour l’organisation des classes d’eau, de Villeneuve-Saint-Georges à Varennes-Jarcy. Depuis ce temps, l’enseignante organise des classes d’eau régulièrement …

« Les classes d’eau sont un plaisir, fait pour ouvrir les yeux des collégiens sur la rareté de l’eau », nous raconte-t- elle. Si ce plaisir est principalement réservé aux élèves de 5ème car la thématique de l’eau est centrale dans leur programme, il n’est pas pour autant uniquement cantonné à la matière que Madame Pagnot enseigne.

L’eau : un sujet transversal

En effet, un souci de transversalité pousse la professeur de Physique-Chimie à s’associer avec les autres enseignants, pour permettre aux élèves d’avoir un panorama complet sur le sujet abordé. Ainsi, Sylvie nous donne l’exemple des fontaines du savant arabe Al-Djazari.

Les fontaines d’Al-Djazari sont des pompes à eau inventées au 12ème après JC, permettant de tirer l’eau d’un puits, d’un courant d’eau ou d’une rivière. Étudier leur fonctionnement et le contexte dans lequel elles ont été créées recouvre plusieurs matières, dont l’histoire, la géographie, la physique-chimie, la SVT ou encore la Technologie.

Pour cette professeur de Physique-Chimie, les classes d’eau ont un autre avantage : celui de mettre un pied dans la pratique. « Le but, c’est de faire formuler une hypothèse aux élèves, dit-elle. Ils l’éprouvent. Et si elle ne fonctionne pas, ils doivent être capables de dire pourquoi ». Amener les jeunes collégiens à construire eux-mêmes la théorie à partir de la pratique, voilà l’ambition pédagogique de Madame Pagnot. Ambition qui porte ses fruits car, nous dit-elle en souriant : « Les élèves apprennent bien mieux en se trompant ! »

Enseignante motivée et heureuse du succès de ses élèves, Sylvie Pagnot confesse que si pendant une année, elle ne peut pas organiser de classes d’eau pour ses élèves, elle s’arrange toujours pour leur faire visiter les locaux du Syndicat …

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *