Prélèvements de sédiments : une nouvelle campagne annuelle

Publié le 4 octobre 2016

prelevement-sediments-une

Vous les avez peut-être aperçus, chaussés de leurs bottes, au beau milieu de l’Yerres ou du Réveillon avec d’étranges outils entre les mains. Comme chaque année, les techniciens du service Contrôle des Milieux Naturels du SyAGE ont effectué des prélèvements de sédiments dans la rivière. Une opération qui peut permettre de détecter une pollution.

Thomas Ladjili a opté pour la petite benne à sédiments tandis que Franck Moritz a préféré la tarière manuelle. A l’aide de ces instruments, les deux techniciens du SyAGE extraient des sédiments de la rivière. « Le but est de prélever tout ce qui s’est déposé en un an au fond de l’eau. Il ne faut surtout pas trop creuser dans le sol car les échantillons doivent être représentatifs des dépôts de l’année écoulée », explique Franck Moritz.

Autre précaution indispensable pour mener à bien cette opération : choisir le bon endroit, celui où la vitesse du courant est la plus faible mais où l’eau n’est pas stagnante. Au total, Thomas et Franck interviennent chaque année aux 8 mêmes points, 5 dans l’Yerres, 3 dans le Réveillon.

Contrôler les métaux lourds

Les bocaux en verre contenant les échantillons de sédiments sont ensuite placés dans une glacière au frais et envoyés dans un laboratoire chargé d’effectuer des analyses chimiques. Celui-ci vérifie ainsi les teneurs en hydrocarbures, phosphore, azote ou encore en métaux lourds (cuivre, mercure, plomb…). Les résultats sont ensuite envoyés au service Contrôle des Milieux Naturels du SyAGE, qui les intègre dans des bases de données.

Menée chaque année, cette campagne de prélèvements permet donc de surveiller l’évolution de ces éléments chimiques. « Elle peut servir à repérer une pollution. Par exemple, un pic en métaux lourds va nous indiquer qu’il peut y avoir des rejets polluants en amont », poursuite Franck. Outre la révélation d’éventuelles dégradations du milieu aquatique, ces données constituent une matière à étude et sont notamment exploitées par le SyAGE dans son bilan annuel sur la qualité de l’eau.

Les analyses chimiques de sédiments viennent compléter la panoplie de mesures de la qualité de l’eau de l’Yerres et de ses affluents (température, pH, conductivité, oxygénation, indicateurs biologiques, etc.), effectuées régulièrement par les techniciens du SyAGE mais aussi par ses stations de mesure de qualité en continu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *