Résilience, chapitre 2 : Le déménagement

Publié le 2 octobre 2014

Nous sommes fiers de vous présenter le deuxième épisode de « Résilience », fiction imaginée et écrite par le SyAGE.« Résilience » suit le parcours d’une galerie de personnages de la vallée de l’Yerres, dont l’inondation de mars 1978 a bouleversé l’existence .

Résumé de l’épisode précédent (relire le chapitre 1) :
Nous sommes en mars 1978. Alexis, 22 ans, a emménagé depuis six mois dans son premier appartement au rez-de-chaussée de l’allée des Platanes dans la résidence des Thibaudières à Boussy-Saint-Antoine . Si sa conduite exemplaire dans la résidence lui vaut immédiatement la sympathie de tous, Simone, sa voisine, doyenne de la résidence, semble la lui refuser obstinément. Le 16 mars 1978, l’Yerres déborde et inonde une partie des Thibaudières, dont l’appartement d’Alexis. C’est alors que, contre toute attente, Simone propose à Alexis d’entreposer toutes ses affaires chez elle, avant qu’elles ne soient perdues …



Alexis parcourut du regard son appartement et resta un moment en état d’hébétude devant le spectacle qui s’offrait à lui. Dehors, les gens pataugeaient dans une eau boueuse leur arrivant à la taille. Les pompiers reculaient leurs véhicules en haut de la résidence pour éviter que leurs moteurs ne se noient. Le ciel, d’un bleu azur pendant toute la journée, était maintenant bas et lourd.

Résilience2

L’eau s’infiltrait à travers les joints de la fenêtre donnant sur le parc. Et le fauteuil qu’Alexis avait acheté avec ses maigres économies fut le premier touché : rouge alors, il avait maintenant une teinte marronâtre et exhalait une odeur de vase. Furieux de se faire voler par le sort ce qu’il avait mis des mois à pouvoir acquérir, Alexis courut vers son fauteuil, le pris dans ses bras et se précipita avec une aisance de plantigrade vers la porte.

Appuyée sur sa canne, Simone attendait son voisin en haut de l’escalier menant vers le premier étage. Après sa première rencontre avec Alexis, elle s’était empressée de remonter vers son logement pour éviter de patauger dans l’eau. Quand elle vit le jeune homme émerger de l’appartement, le fauteuil dans les bras lui interdisant toute visibilité sur moins de cinq centimètres, Simone descendit pas à pas l’escalier, puis s’arrêta au milieu de celui-ci. Alors elle entreprit de guider à la voix son voisin à travers les parties communes.

Simone donnait au jeune homme les directions à suivre pour parvenir à bon port ; mais, le faisant d’une voix chevrotante et presque inaudible, elle contraignait par le fait Alexis au silence et à la concentration la plus absolue. C’est pourquoi, ayant compris de travers quelque unes des injonctions de Simone, Alexis changea plusieurs fois de direction. Et les gens qui, passant devant la porte de l’immeuble, ne pouvait pas voir Simone dans l’escalier, croyaient assister à une danse étrange, menée par un fou et son fauteuil.

Une poignée de résidents reconnurent Alexis et vinrent lui proposer spontanément leur aide. Aussitôt, selon les directives que Simone dispensait aux personnes qui entraient dans le hall de l’immeuble, les affaires du jeune homme passant de main en main furent progressivement déménagées au 1er étage.

En quittant son appartement vide pour se réfugier chez son aînée, Alexis le parcourut une dernière fois du regard. Il repéra un cahier bleu et usé sur une étagère. En l’ouvrant, il sourit naïvement. Puis, relevant la tête, il chercha des yeux une bouche de ventilation à l’abri des flots. Il en trouva une à hauteur de bras et fit sauter la grille d’une simple pression. Puis il déposa le cahier bleu à l’intérieur de la bouche d’aération, remit en place la grille et fila au 1er étage …

Lire le chapitre 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *