Résilience, chapitre 4 : les regrets

Publié le 13 novembre 2014

Résumé des épisodes précédents (relire le chapitre 3) : Alexis, 22 ans, nouvel arrivant dans la résidence des Thibaudières, a trouvé son logement complètement inondé un soir de mars 1978. Simone, la doyenne de la résidence et sa voisine du dessus, lui a proposé de déménager ses meubles chez elle pour éviter un désastre matériel. Proposition étonnante quand on sait l’antipathie qu’elle portait pour le jeune homme dès son arrivée au Thibaudières. Après avoir reçu de l’aide de la part d’un groupe de jeunes pour évacuer le contenu de son appartement chez sa voisine, Alexis les rejoint chez elle. A cette occasion, il va en apprendre un peu plus sur le passé de Simone …

resilience-article-4

Simone marmonna dans sa moustache naissante. Les ressorts du fauteuil sur lequel elle était assise grincèrent alors qu’elle se leva pour rejoindre la cuisine. Tous les yeux se braquèrent sur la vieille dame quand elle franchit le seuil de la pièce.

–  J’ai habité dans cette maison pendant 10 ans, dit-elle, le regard perdu dans un rai de lumière qui traversait l’espace.

Juste devant elle se trouvait Michel, jeune homme de 17 ans qui était né et avait grandi dans la résidence. Assis sur une chaise orientée vers la fenêtre et se baffrant joyeusement d’un jambon-beurre, Michel n’avait pas remarqué l’entrée de la retraitée.

–  Jeune homme, pourriez-vous me laisser votre place ? dit-elle sévèrement. Mes vieilles jambes supportent de plus en plus difficilement le poids de mes 84 printemps.

Surpris, Michel se retourna d’un coup. Le regard sombre de Simone posé sur sa jeunesse un peu trop pétillante le fit déglutir malgré lui. Il se leva de sa chaise et recula, blanc comme un linge, sous les regards moqueurs et amusés de ses compagnons de tablée. Satisfaite de son petit coup d’éclat, Simone esquissa un sourire et alla s’asseoir sur la chaise récemment libérée.

Désireux de se racheter de la bourde qu’il venait de commettre, Michel demanda timidement à Simone de raconter à l’assemblée pourquoi elle avait vécue dans la maison sur pilotis. Simone sourit devant les maladresses du garçon, puis commença ….

–  Les Thibaudières sont nés avec moi, vous savez. Au début des années 60, j’ai été embauché comme gardienne de la résidence. J’avais 66 ans et ma petite retraite ne me suffisait pas pour vivre. J’ai travaillé pendant dix ans comme gardienne. Chaque habitant venait me voir pour me raconter ses joies, ses peines, ses soucis. J’étais là pour aider les plus grands comme les plus petits, j’étais vraiment faite pour ça … soupire-t-elle. Mais quand j’ai eu 76 ans, mon grand âge a eu raison de ma santé. Mon employeur m’a alors retiré le poste de gardienne, et m’a donné gracieusement cet appartement.

Elle se tut pendant quelques instants, et intima par la seule force de sa présence le silence à ses invités.

–  C’était une époque bénie. Même si je sais que les choses passent et ne reviennent pas, je la regrette chaque jour …

Pendant tout ce temps, Alexis, installé dans un coin de la pièce, n’avait pipé mot. Depuis son arrivée dans la résidence des Thibaudières, il s’était demandé pourquoi Simone avait un caractère aussi désagréable. Il comprenait maintenant que le regret d’un âge d’Or désormais révolu était la raison pour laquelle Simone s’était tellement refermée sur elle-même au point de ne laisser personne franchir les remparts de sa solitude.

Il se décida alors à faire ce qu’il n’avait jamais cru possible jusqu’alors.

Lire le chapitre 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *