Résilience, chapitre 6 : la rencontre

Publié le 14 avril 2015

Résumé des épisodes précédents (relire le chapitre 5) : Alexis, 22 ans, nouvel arrivant dans la résidence des Thibaudières, a trouvé son logement complètement inondé un soir de mars 1978. Simone, sa voisine du dessus, lui a proposé de déménager ses meubles chez elle pour éviter un désastre matériel. Proposition étonnante quand on sait l’antipathie qu’elle portait pour le jeune homme dès son arrivée aux Thibaudières. Après avoir reçu de l’aide de la part d’un groupe de jeunes pour évacuer le contenu de son appartement chez sa voisine, Alexis les rejoint chez elle. A cette occasion, il en apprend plus sur le passé de Simone et la solitude qui en découle. Saisi par ses propos, Alexis décide lui aussi d’en révéler plus sur sa propre histoire à l’aide d’un cahier bleu lourd de signification pour le jeune homme…

Résilience-6

Après s’être essuyé les pieds sur le paillasson, Alexis entra à nouveau dans l’appartement de Simone. Elle était assise à la table de la cuisine, et grignotait un jambon-beurre que l’un des jeunes avait oublié sur place. Concentré sur sa mission, Alexis n’entendit pas que derrière lui, un ramdam grondait dans les escaliers et se rapprochait dangereusement. Soudain, un chat, suivi d’un deuxième, filèrent entre ses jambes. Déséquilibré par la manœuvre, Alexis laissa s’échapper son cahier bleu qui voltigea dans les airs. Alors que le cahier retomba lourdement sur le plancher et qu’une multitude de feuilles volantes voletaient indolemment dans l’appartement, les chats se précipitèrent sur les genoux de Simone et s’ébrouèrent en miaulant. « Thétis, Poséidon, bande de galopins, je croyais vous avoir perdu !  » dit Simone en riant .

 

Une enveloppe cachetée avec le sceau de la résidence des Thibaudières vint se poser sur le nez de Poséidon, qui se mit alors à feuler. Simone l’enleva vite avant que le félin ne la transforme en charpie. Puis elle chaussa ses lunettes, ouvrit l’enveloppe et en retira la feuille qu’il y avait à l’intérieur pendant qu’Alexis la regardait d’un air médusé…

– Pourquoi possèdes-tu une lettre signée par mes soins ? dit Simone qui posa le courrier sur la table, et se mit à le regarder d’un œil inquisiteur.

– Cette lettre était adressée à mon père, répondit Alexis.

– Que voulait-il ? demanda Simone. J’ai dû rédiger tant de courriers quand j’étais concierge …

– Mon père était étudiant quand il a emménagé aux Thibaudières. Il avait quelques sous de côté pour payer son premier mois de loyer, mais guère plus. Il comptait s’en sortir en trouvant du travail à côté de ces études. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme il les avait prévus. Il s’est vite retrouvé à court d’argent. La lettre que vous tenez entre vos mains est une requête solennelle qu’il vous a fait parvenir … en désespoir de cause.

– Oh oui, je me souviens ! dit Simone tout sourire. Ton père était un homme intelligent et débrouillard. Je suis bien content de lui avoir rendu ce service.

– C’est lui qui m’a conseillé de venir ici pour mes études. C’est lui qui m’a conseillé le coin, dit Alexis en souriant.

Alors qu’une belle amitié était en train de naître entre le jeune homme et la vieille dame, Thétis et Poséidon sautèrent des genoux de cette dernière et s’éclipsèrent vers la porte. Une fois sur le palier, ils s’arrêtèrent quelques instants pour examiner les possibilités d’aventures qui s’offraient à eux. A peine eurent-ils le temps d’échanger quelques miaulements avertis qu’un pompier déboula en trombe de l’étage d’en dessous. Effrayés, Thétis et Poséidon filèrent vers l’étage du dessus.

Alors qu’ils franchissaient les dernières marches, deux gigantesques mains potelées soulevèrent les félins dans les airs, et une voix tonitruante retentit : « Maman ! Maman ! Regarde ce que j’ai trouvé ! On peut les garder s’il te plaît Maman ! Ils sont si mignons ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *