Restauration de la roselière de Chalandray

Publié le 8 décembre 2014

La roselière de Chalandray se situe en rive gauche de l’Yerres, au sud de la commune de Yerres. Sa restauration a commencé en octobre 2014 et finira en janvier 2015.

photo-article-roseliere

La roselière de Chalandray couvre une surface de 0,6 hectares au cœur d’une zone humide plus vaste. Cette dernière est observable depuis le cheminement aménagé dans le cadre de la Liaison Verte . En effet, un platelage en bois relie la plaine de Chalandray de Montgeron à Yerres.

La diversité de sa flore permet à une faune variée d’y trouver refuge à tous les étages. Au sol ou dans les dépressions humides, on observe larves de libellules, notonectes, limnées. Parmi les roseaux, araignées et oiseaux trouvent de quoi se nourrir et se reproduire. Enfin, les grands arbres profitent surtout aux oiseaux qui les apprécient comme perchoir ou support de nid.

Comme l’ensemble des communes adhérentes à l’aval, la commune de Yerres a délégué au Syndicat sa compétence Rivière. C’est pourquoi ce dernier a engagé des travaux d’entretien de cette roselière, milieu naturel rare de notre vallée.

Ces opérations engagées visent à limiter la fermeture du milieu. En effet, celle-ci entraînerait une uniformisation de la flore, et par conséquent une banalisation des habitats disponibles pour la faune présente sur les lieux. La présence de l’Hespérie de l’alcée (papillon patrimonial) fait de ce lieu un sanctuaire à protéger impérativement de la fermeture du boisement.

Carcharodus alceae 1

Des travaux de débroussaillage et de fauchage ont commencé en octobre 2014. Ils ont été suivis en décembre par des opérations d’abattage et de déssouchage. Dans cette deuxième phase de restauration, il est souvent préconisé un arrachage systématique des saules, car ceux-ci envahissent rapidement les zones humides. Il faut néanmoins considérer que ces arbres sont des sources très importantes de pollen. C’est pourquoi, dans le contexte actuel de déclin des insectes pollinisateurs, une partie des saules ont été conservés.

Chacune des étapes de cette restauration fait l’objet d’un savoir-faire technique couplé à une connaissance approfondie des enjeux écologiques sur cette zone. La création de mares en janvier 2015 viendra clôturer la restauration de cette roselière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *