« Sequana » : anticiper pour mieux gérer

Publié le 27 novembre 2015

portrait-loick-guesdon

En mars 2016, le SyAGE participera à un exercice de simulation de montée des eaux dont le nom de code est « Sequana ». Explications avec Loïck Guesdon, responsable du Pôle Rivière au Syndicat.

 

Quel est le but de l’exercice « Sequana » ?

« Sequana » est un exercice régional simulant une crue centennale de la Seine. Il aura pour enjeu de tester la coordination des acteurs publics et privés, afin de gérer au mieux les inondations et leurs conséquences.
Cette simulation permettra à toutes les problématiques d’être abordées : de la sensibilisation du grand public à l’éventualité d’une crue, jusqu’à la résilience des biens et des personnes.

 
Comment va-t-il se dérouler ?

Le scénario de l’exercice « Sequana » suivra le déroulé d’une crue dite « classique ». C’est-à-dire qu’à la montée des eaux succéderont le pic de crue, puis la décrue. Durant chacune de ces étapes, les organisateurs diffuseront aux participants un certain nombre de documents décrivant la tournure des événements (bulletins météo, arrêtés municipaux, arrêtés préfectoraux, etc). A charge ensuite aux structures de réagir efficacement pour faire face aux événements.

 
De quelle façon le SyAGE participera-t-il à cet événement ?

Une crue entraîne des désordres considérables. Les réseaux électriques, routiers et ferrés sont mis à mal ; les télécommunications sont perturbées ; l’activité économique est fortement ralentie, etc. En outre, la montée des eaux entraîne l’impossibilité d’évacuer eaux usées et pluviales, même dans les zones qui ne sont pas touchées par l’inondation. Le rôle du SyAGE consiste à garantir le plus longtemps possible la bonne marche du système de collecte et de transports des eaux en cas de crue.

Toutes nos infrastructures sont dépendantes d’une technologie de pointe pour fonctionner. Si cette dernière nous procure une qualité de vie indéniable, elle se transforme en redoutable piège en cas d’inondation. Par exemple, en 1910, les trains étaient à vapeur. Si bien que même sous quelques centimètres d’eau, le réseau continuait à marcher. Aujourd’hui, les trains fonctionnant à l’électricité, les conséquences d’une submersion d’un réseau sont radicalement différentes … Bref, il est temps de comprendre qu’une crue de type 1910 aura des impacts plus que décuplés plus de 100 ans après. Profitons de cet exercice pour en tirer quelques conclusions….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *