Posts Tagged “contrat de bassin”

Quelles relations y a-t-il entre le SyAGE et les exploitants agricoles ?

Les 27 novembre, 3, 4 et 16 décembre 2014, une série de réunions d’échanges à l’attention des exploitants agricoles riverains des cours d’eau ont eu lieu sur l’amont du bassin versant de l’Yerres. Organisées à l’initiative du SyAGE et des syndicats de rivière, ces réunions avaient pour thème : « gérer la ripisylve en zones agricoles ».

 

 Retrouvez ci-dessous un texte signé par Amélie Agogué, animatrice du contrat de bassin Yerres Amont, expliquant les raisons et le déroulement de ces actions de communication ambitieuses.

ripisylve-illu

 Lors de l’élaboration du Contrat de bassin de l’Yerres amont et de ses affluents en 2012, le SyAGE et les syndicats de rivière ont constaté l’absence de ripisylve ou son mauvais état sur la plupart des linéaires agricoles des cours d’eau.

Or, cette végétation a de nombreuses vertus pour la santé de la rivière et des parcelles agricoles : maintien des berges, épuration de l’eau, ombrage du cours d’eau, accueil de la faune, effet brise-vent, etc.

Repousse et entretien raisonné de la végétation existante sont ainsi devenus les mots d’ordre des syndicats de rivière de l’Avon, de l’Yvron, du Bréon, de la Marsange, de la Barbançonne et de l’Yerres depuis une dizaine d’années pour certains. Ces pratiques ne sont pas contradictoires avec le bon écoulement des eaux, mais la recherche d’un juste milieu peut en revanche sembler assez subjective.

Il est donc important d’expliquer cette démarche aux exploitants agricoles riverains, d’écouter leurs points de vue et de prendre en compte leurs contraintes. Le but étant de faciliter l’acceptation d’une végétation en bord de champ, et de favoriser la complémentarité entre les agriculteurs et les syndicats de rivière.

C’est accompagné des 7 syndicats de rivière seine-et-marnais que nous avons pu engagé une action de communication ambitieuse en 2014 : 4 réunions locales ont été organisées pour le public agricole à Mormant, Gastins, Les Chapelles-Bourbon et Courtomer.

81 personnes y ont participé, parmi lesquels au moins 45 agriculteurs et des élus locaux. Parmi les thèmes abordés, la gestion des déchets verts, le maintien de l’écoulement des cours d’eau, l’érosion des berges ou encore les dégâts causés par les ragondins.

La collaboration des partenaires techniques et institutionnels a permis de répondre aux questions du public sur la réglementation, les financements et les outils d’accompagnement des agriculteurs. De nombreux conseils et techniques d’entretien différencié ont également été prodigués par la Chambre d’agriculture de Seine-et-Marne.

 

Animer, coordonner, partager : Le travail d’une animatrice de contrat de bassin

portrait-laetitia

Laetitia Mondion à la Maison de l’Environnement de Montgeron.

 

En 2011, Amélie Agogué et Laetitia Mondion ont été recrutées par le SyAGE en tant qu’animatrices de contrats de bassin de l’Yerres Amont et de l’Yerres Aval. Retour sur la genèse d’une étape cruciale pour la protection de la ressource en eau.

Le 23 octobre 2000, le Parlement européen adopte la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). Cette directive établit un cadre pour une politique globale communautaire dans le domaine de l’eau. L’élaboration des Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) participe à l’application de la DCE. Ces schémas déclinent cette politique au sein des six grands bassins hydrographiques français (Seine-Normandie, Artois Picardie, Rhin-Meuse, Rhône-Méditerranée-Corse, Adour-Garonne, Loire-Bretagne). Sur certains bassins versants aux enjeux forts, comme celui de l’Yerres, un SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) a été mis en place au niveau local. Ce SAGE, élaboré par une Commission Locale de l’Eau (CLE), s’attache à concilier les objectifs règlementaires de la DCE et du SDAGE, tous en s’adaptant aux particularismes locaux (physiques, démographiques, hydrographiques).

 
 
 
 
Pour accompagner la CLE dans la mise en œuvre du SAGE, approuvé en 2011, le SIARV s’est transformé en SyAGE. Cette même année, Laëtitia Mondion et Amélie Agogué ont été recrutées en tant qu’animatrices des contrats de bassins de l’Yerres Aval et Amont. «  Un contrat de bassin permet d’accompagner les maîtres d’ouvrage dans la mise en œuvre de projets relatifs à la gestion de la ressource en eau (assainissement des eaux usées, protection de la ressource en eau, restauration et entretien des rivières, économies d’eaux) », spécifie Amélie. « Un SAGE ne peut pas se mettre en place opérationnellement sans contrats de bassin, mais un contrat de bassin peut exister indépendamment d’un SAGE », rajoute-elle.

La phase d’élaboration des contrats de bassin Yerres-amont et aval a duré entre 1 et 2 ans. Elle comprend un état des lieux, un diagnostic et une programmation des actions des contrats, construits à partir des documents préparatoires établis par la CLE et en associant les acteurs locaux et les partenaires techniques. Ces documents ont permis d’identifier les enjeux environnementaux et socio-économiques majeurs de gestion de la ressource. Pour leur réalisation, les deux animatrices ont été en relation constante avec les communes et collectivités signataires. Les enjeux varient selon les territoires car chacun a une organisation démographique foncièrement différente (urbaine à l’aval, rurale à l’amont). C’est pourquoi les deux animatrices doivent coupler à une solide base théorique une forte expérience du terrain et de ses habitants. Au fur et à mesure des échanges sur les contrats de bassins, une confiance s’est installée entre les représentants des collectivités et les deux animatrices.

 

IMG_0018

Amélie Agogué, animatrice du contrat de bassin Yerres-Amont, discutant avec un élu de Vaudoy-en-Brie.

Cette confiance est essentielle dans dans la phase d’élaboration comme dans celle de la mise en oeuvre. En effet, comme nous le dit Amélie, « nous sommes là pour apporter des informations à la commune, faire comprendre les objectifs à l’échelle du bassin versant tout en répondant à un besoin local (réhabiliter la station d’épuration ou le château d’eau, entretenir la rivière, etc) ». « Il faut faire le lien entre deux échelles d’intervention : la nôtre, au niveau de laquelle on se coordonne, et leurs préoccupations locales », rajoute Laetitia.

Véritables traits d’union entre les porteurs de projets et les partenaires, Amélie et Laetitia font en sorte de créer des conditions favorables afin que les projets relatifs aux contrats de bassins émergent pour que l’objectif de « bon état des eaux » soit atteint, conformément aux prescriptions de la DCE.

Animer, coordonner, partager : le SAGE en action

Dans le cadre de la mise en oeuvre du SAGE, ses animatrices organisent chaque année des rendez-vous de suivi des contrats de bassin avec les communes et les collectivités qui ont délégué au SyAGE cette compétence.

Qu’est-ce que le SAGE ? Cliquez ici pour en savoir plus !

 

vaudoy-en-brie-facebook

Mairie de Vaudoy-en-Brie .

 

Ce matin, Amélie Agogué, animatrice du contrat de bassin Yerres Amont, a rencontré  la commune de Vaudoy-en-Brie.

Ces rendez-vous ont pour objectif de faire le bilan de l’année en cours, afin de prévoir les actions de l’année d’après.

Outre cela, Madame Agogué en a profité pour présenter aux nouveaux élus le SAGE et ses objectifs. A l’occasion de leurs discussions, elle a repris et expliqué quelques concepts sur lesquels s’appuient les prescriptions du SAGE. Enfin, les élus lui ont fait part de diverses problématiques auxquelles elle s’est efforcée de trouver des solutions.

Et vous, qu’est-ce que fait votre commune pour la protection de la ressource en eau ?