Posts Tagged “draveil”

Techniques d’Assainissement : qu’est-ce que le gainage ?

Gainage

Le gainage continu est une technique de réhabilitation sans tranchée des réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales, utilisée par exemple pour les travaux rue de Châtillon à Draveil. Par rapport à une réhabilitation dite « en tranchées » pour laquelle il est nécessaire de terrasser, de disposer d’engins lourds et d’occasionner une gêne à la circulation, le gainage présente bien des avantages.

Pour réaliser ce type de réhabilitation, une gaine souple est introduite dans le collecteur. Elle est plaquée ensuite avec une pression d’air sur la paroi intérieure. Une fois la gaine disposée, des lampes UV sont acheminées à travers cette dernière. Elles vont opérer une polymérisation qui va conduire à durcir la gaine. Cela permettra de rendre sa solidité à l’ancien collecteur afin de prévenir d’éventuels effondrements.

De plus, la rugosité extrêmement faible que permet ce genre de procédé entraîne un écoulement optimal de l’eau et une étanchéité totale de la canalisation.

En effet, une canalisation en tranchée est faite de tronçons de 3 à 6 mètres emmanchés à l’aide de joints. Dans le temps, ceux-ci peuvent se dégrader et provoquer des fuites, permettant l’infiltration de racines et d’eau de nappe. A l’inverse, gainer une canalisation lui donne une étanchéité totale permettant d’éviter ce genre de désagréments.

La durée des travaux rue de Châtillon à Draveil est de 3 mois et demi, et le montant des travaux est de 800 000 euros TTC.

 

Les habitants ont la parole : le bassin paysager Ferrer à Draveil

draveil

Pour limiter les inondations, le SyAGE a aménagé cet ouvrage de stockage des eaux pluviales à ciel ouvert. Celui-ci permet de délester les réseaux présents dans le quartier lorsqu’ils sont confrontés à un afflux trop important d’eau lié notamment au ruissellement urbain. Lors de fortes précipitations, le bassin se remplira naturellement et permettra ainsi de ne pas saturer les conduits de transport des eaux de pluie.

Le SyAGE et la commune de Draveil ont souhaité préserver le cadre paysager et ornemental du site en aménageant cet ouvrage. La conception du bassin conjugue un espace naturel au coeur de la commune et un dispositif technique de stockage des eaux.

Nous sommes allés à la rencontre des habitants de ce quartier et nous leur avons demandé ce qu’ils pensaient de ce bassin. Vous pouvez écouter un florilège de leurs témoignages en cliquant sur le bouton lecture ci-dessous …


Eaux pluviales : comment les travaux rue de Châtillon à Draveil ont-ils été préparés ?

 

L’objectif des travaux de la rue de Châtillon à Draveil est de réhabiliter les réseaux d’eaux pluviales. La phase de préparation a démarré le lundi 18 août et s’est finie le 30 septembre. Mais pourquoi une phase de préparation? Comment se déroule-t-elle ? Quels sont les acteurs impliqués ? Revue de détails …

La commune de Draveil a délégué au SyAGE sa compétence Assainissement. A ce titre, le Syndicat oeuvre pour développer et entretenir son patrimoine composé, entre autres, de réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales, dans le but de fournir un service public de qualité.La phase de préparation est la période pendant laquelle le maître d’ouvrage et l’entreprise chargée des travaux conviennent de certaines dispositions préparatoires et établissent certains documents nécessaires à la réalisation des ouvrages. Le maître d’ouvrage – le SyAGE – maîtrise l’idée de base du projet, définit son objectif, son calendrier et son budget. A ce titre, il représente les utilisateurs finaux à qui l’ouvrage est destiné.

Travailler en commun
les travaux de préparation du syage

Pendant la période de préparation, la première chose à faire est une Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux (DICT). Cette déclaration doit être adressée à chaque exploitants ayant des réseaux enterrés ou non dans le périmètre où vont s’effectuer les travaux. Cette démarche est une obligation légale et a deux objectifs :

– Indiquer à l’entreprise chargée des travaux la position exacte des réseaux des différents concessionnaires (gaz, électricité, telecom…) afin d’éviter d’endommager ces derniers, et surtout pour des questions évidentes de sécurité.

– Permettre à chaque exploitant de coordonner ses travaux pour que chacun n’intervienne pas sur la même zone au même moment.

Après cette étape, le maître d’ouvrage mandate un coordonnateur dit  » SPS  » (Sécurité et Protection de la Santé). Selon l’article L4532 – 2 du Code du Travail, le coordonnateur SPS est là pour s’assurer que chaque entreprise ne représente pas un risque pour les autres entreprises et les riverains (piétons, voitures). Cela passe entre autre par la vérification que chaque ouvrier a son équipement de sécurité (chaussures, gilet jaune, etc), et que le balisage mis en place est adapté. Par ailleurs il doit prévoir les mesures de sécurité qui seront nécessaires après la livraison de l’ouvrage, lors de son exploitation.

Informer les riverains

Une réunion de démarrage a lieu entre le maître d’ouvrage, l’entrepreneur et le coordonnateur SPS. La commune où se déroulent les travaux et le délégataire du Service Public sont aussi conviés afin qu’il soit informés du projet. A la suite de cette réunion, un panneau de chantier est installé aux abords du chantier. Ce panneau précise les éléments suivants : l’adresse du chantier, la nature des travaux, le montant ainsi que le financement de l’opération, à qui est dévolue la maîtrise d’oeuvre, la maîtrise d’ouvrage, le nom du coordonnateur SPS, le nom de l’entreprise mandatée pour faire les travaux, la date de début des travaux, ainsi que sa durée.

Enfin, un courrier est adressé à chaque riverain reprenant les informations du panneau. Et un plan de circulation établissant la manière dont les piétons, et les voitures pourront traverser ou contourner les travaux, est adressé à la mairie .