Posts Tagged “eaux pluviales”

Comprendre l’action du SyAGE dans la lutte contre les inondations : L’avenue de la Résistance à Yerres

Outre le service public de l’assainissement collectif, le SyAGE assure aussi la gestion des eaux pluviales sur son territoire. La bonne exécution de ces deux compétences est possible grâce à la division du système de transport en deux réseaux distincts : celui dans lequel transitent les eaux usées pour rejoindre la station d’épuration de Valenton, et celui consacré aux eaux pluviales, qui les acheminent directement vers le milieu naturel.

Début 2006, quelques habitants des rues perpendiculaires à l’avenue de la Résistance à Yerres, située non loin de la Forêt de Sénart, se sont plaints d’inondations sur leur propriété. Le SyAGE a tout de suite été alerté afin qu’une solution puisse être trouvée le plus rapidement possible.

Sous l’Avenue de la Résistance passe un collecteur d’eaux pluviales – canalisation principale sur laquelle est branchée une série de conduites secondaires. Ce collecteur a pour fonction de récupérer les eaux de ruissellement arrivant par les avaloirs et les eaux pluviales issues des propriétés privées, pour ensuite les acheminer jusqu’à la rivière.

Lors de forts épisodes pluvieux, cette canalisation se remplissait très rapidement, et n’était plus en mesure de recueillir toutes les eaux acheminées par les conduites des rues perpendiculaires. Celles-ci refluaient alors, et provoquaient des inondations chez les particuliers.

Pour remédier à cela, il a été décidé de construire 4 bassins de rétention d’eaux pluviales enterrés à 3 mètres sous terre, parallèles au collecteur et reliés à ce dernier par des tuyaux d’alimentation. D’un volume utile de 1235 m3, ces ouvrages ont vocation à recueillir l’excédent d’eaux de pluie arrivant dans le collecteur principal, et ainsi permettre au réseau de ne pas être engorgé.

pose-d'un-dalot-de-stockage

                                               Pose d’un bassin de rétention d’eaux pluviales enterré

« Ces bassins assurent aussi une fonction de dépollution », indique Cyril Gitton, chef du service Entretien aux Communes au SyAGE. En effet, chaque conduite reliant bassin et collecteur est équipée d’une vanne qui, par temps sec, est complètement ouverte. Mais qui, après que le bassin se soit rempli complètement, se ferme 8h durant, afin d’assurer le processus de décantation des matières solides, et ainsi épurer les eaux de ruissellement contenues dans ces structures. « Malgré son efficacité, ce procédé n’égale pas celui, plus sophistiqué, utilisé dans les dépollueurs d’eaux pluviales situés à proximité du rejet en rivière», tient à préciser Cyril Gitton.

Grâce à ces travaux, les inondations pluviales ont pu cesser chez les riverains concernés.

Information importante : travaux d’assainissement à Vigneux-sur-Seine

illustration-vigneux

 

Le 20 novembre prochain, le SyAGE va réaliser un renouvellement des réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales, à l’angle de la rue Montaigne et de la rue Prosper Mérimée, sur la commune de Vigneux-sur-Seine.

Ce chantier, d’une durée de 1 mois, a été planifié en coopération avec les services techniques de la ville. En effet, préalablement aux travaux de réfection de la voirie prévus par la Mairie, le Syndicat a réalisé des inspections télévisuelles des réseaux dont il a la charge. C’est suite à ce diagnostic que ces travaux ont été décidés.

 

 

 

 

 

 

Comprendre les travaux de lutte contre les inondations : le quartier de Concy à Montgeron

1ère épisode : le cas du chemin de la prairie à Montgeron

 Connaissez-vous le Chemin de la Prairie, à Montgeron ? Il y a quelques temps, un habitant situé au bout de cette rue a alerté les services techniques de la commune à propos d’inondations récurrentes sur sa propriété. Le SyAGE, qui a compétence en matière de prévention des inondations sur le secteur, a tout de suite été alerté afin qu’une solution puisse être trouvé le plus rapidement possible.

 Comprendre le phénomène inondation nécessite de prendre de la hauteur, et donc de ne pas rester cantonné au secteur sur lequel les débordements ont eu lieu. Très vite, le technicien chargé du suivi de ces travaux s’est rendu compte que le réseau souterrain chargé de l’évacuation des eaux pluviales sur la partie du chemin de la prairie parallèle à l’Yerres rejoignait une canalisation d’un diamètre bien supérieur, chargé d’acheminer toutes les eaux pluviales de Montgeron jusqu’à la rivière.

Lors de forts épisodes pluvieux, cette canalisation achemine donc un volume d’eau conséquent vers la rivière. L’eau pluviale stockée dans le réseau du chemin de la Prairie ne peut alors plus se déverser correctement dans la canalisation à laquelle son réseau est relié. Ce qui provoque des reflux, et donc des inondations chez les particuliers.

P1010171-web

Pour remédier à cela, et donc résorber les inondations, un coude en fonte a été posé à l’endroit où les deux tuyaux se rejoignent. Ce coude permet de casser la force de l’eau arrivant à l’embranchement, tout en permettant à l’eau pluviale du réseau du chemin de la Prairie de couler d’emblée dans le même sens que celui du réseau arrivant de l’amont de Montgeron.

Grâce à ces travaux d’un coût relativement faible, les inondations ont pu cesser chez le riverain.    

 

Read More

H20 n°2 – La gestion des eaux pluviales

carouselh2o
 

 

LogoH2o--fondtransparent

H2O, c’est son nom, a pour objectif de vous proposer du contenu éclectique et éclairé autour des thématiques liées à la ressource en eau.

Pour ce second numéro consacré aux eaux pluviales, vous seront présentées en première partie d’émission, les problématiques rencontrées consécutives aux épisodes pluviaux importants. Sur le plateau, vous retrouverez les avis d’experts sur ces sujets et une explication des enjeux et des solutions visant à réduire l’impact de ces phénomènes. Plusieurs reportages complémentaires vous permettront de mieux appréhender ces questions et vous préciseront de façon claire les bonnes pratiques à appliquer chez soi dans le cadre du « Zéro rejet ».

 

 

Plongez vous dès maintenant dans le dernier numéro d’H20 !

 

Retour sur les constructions de deux bassins d’eaux pluviales à Brunoy

bassin-ermitage-pose-dalots

En 2009, à la suite de forts orages, une vingtaine de riverains habitant aux alentours de la Pyramide de Brunoy alertent le SyAGE sur l’ampleur des inondations qui en ont résultés …

Le Syndicat entreprend alors, par le biais de prestataires, des études pour déterminer les meilleures solutions permettant d’améliorer le bien-être des Brunoyens touchés par ces phénomènes naturels. Au terme de la première phase d’études, la construction d’un bassin de rétention d’eaux pluviales est enclenchée. Le chantier démarre en septembre 2013 entre l’avenue de l’Ermitage, l’avenue Simone et le rond-point de l’avenue Morin . Ce chantier permettra la création d’un bassin de 400 m3 destiné à recueillir les eaux pluviales qui préalablement se déversaient sur les chaussées. Le SyAGE investira 723 000 euros TTC dans ce premier bassin.

Dès le 1er trimestre 2014, les services techniques du Syndicat entament la création d’un deuxième bassin de rétention d’eaux pluviales afin de compléter le dispositif. Plus volumineux que le précédent (800 m3), ce bassin est situé entre le rond-point de la place des fêtes, l’avenue des Cygnes et l’avenue des Lilas . Le coût de sa réalisation est de 1 302 000 euros TTC.

La technique de construction retenue pour les deux bassins est la mise en place de dalots en béton enterrés. Un troisième bassin, dont la phase d’études sera engagée sur 2015, verra le jour en 2016 à proximité de la rue de Montgeron . Il sera d’une capacité d’ environ 1700 m3. Situés stratégiquement de part et d’autres du bassin versant, ces trois ouvrages sont destinés à réduire le plus efficacement possible le risque d’inondations pluviales récurrents sur ce secteur. La réalisation complète de ces ouvrages permettra donc d’améliorer considérablement la qualité de vie des Brunoyens.

Une collectivité au service des usagers

Rencontre avec Jérémy Pineau et Thomas Levignon, agents de terrain pour le Pôle Assainissement du SyAGE.

 

Le principe de séparativité des réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales est essentiel en matière d’assainissement. En effet, les eaux issues des utilisations domestiques et celles issues du ruissellement ne doivent pas emprunter les mêmes tuyaux. D’une part, parce que les réseaux d’eaux usées sont incapables de faire face aux débits pluviaux. D’autre part, parce qu’il n’est pas réaliste économiquement d’envisager de dimensionner la station d’épuration pour faire face aux débits pluviaux.

 

C’est pourquoi le Syndicat emploie deux agents de terrain chargés de vérifier le raccordement entre les réseaux de chaque particulier et ceux du domaine public. Arrivés depuis mai 2013 dans la collectivité, Jérémy et Thomas sillonnent chaque jour les 18 communes du SyAGE concernées par la compétence Assainissement pour accomplir leur mission.

De la non-conformité des réseaux au règlement des eaux usées et des eaux pluviales résulte des pollutions affectant l’ensemble du bassin versant. C’est pourquoi ces deux techniciens sont à l’affût de celles-ci. Dès qu’elles sont repérées, Jérémy et Thomas lancent des enquêtes de conformité sur le secteur environnant pour vérifier les raccordements. Lorsqu’une anomalie est détectée, ils informent le riverain et le mettent en demeure d’effectuer les travaux, tout en l’informant de l’existence de subventions.

 

Mais à ce versant technique s’ajoute un autre : le conseil. «  Les gens nous téléphonent pour connaître la nature de leur raccordement et la bonne façon de faire, avant de procéder à une vente, par exemple. Nous pouvons les recevoir au SyAGE, venir chez eux, ou les informer au téléphone de ce qui se fait. C’est une mission de service public que nous sommes très heureux d’accomplir, nous dit Thomas « . En effet, lors d’une vente immobilière, le notaire demande le contrôle et la mise en conformité. Par le biais des enquêtes effectuées par Jérémy et Thomas, le SyAGE est en mesure de délivrer une attestation affirmant le bon raccordement de l’usager aux réseaux du domaine public. C’est cette attestation que le notaire demande.

Jérémy et Thomas se doivent d’être techniciens et pédagogues en même temps pour accomplir au mieux leur mission de service public. Dotés d’une parfaite connaissance du processus d’assainissement, dans ses détails pratiques comme théoriques, les deux agents sont au service des administrés du SyAGE pour les faire profiter de leur savoir-faire.

Et vous, connaissiez-vous ce principe ?