Posts Tagged “écologie”

Opération de faucardage sur l’Yerres : le SyAGE est sur France 3 !

Campagne de faucardage (été 2015) sur l'Yerres. Coupe des plantes aquatiques à l'aide du bateau faucardeur.

 
 
L’opération de ‪faucardage‬ en cours sur l’‪Yerres‬ a donné lieu à un ‪‎reportage‬ réalisé et diffusé par France 3 Paris Île-de-France.

Nous remercions les journalistes de nous avoir accompagnés sur cette opération vitale pour la bonne santé du cours d’eau.

Ci-dessous, vous pouvez retrouver la vidéo du reportage.

 
 

Le SyAGE agit pour votre environnement : travaux sur le bras mort de Quincy-sous-Sénart

bras mort quincy

Depuis cette semaine, et ce pour une durée de 15 jours, des ‪‎travaux‬ de restauration du bras mort de Quincy-sous-Sénart sont effectués par un prestataire du SYAGE.

Ces travaux comprennent la mise en place de plantes ‪hélophytes‬ sur les berges, le profilage d’un ‪chenal‬ pour diversifier les hauteurs d’eau au sein du bras mort, et enfin la création d’amas de vases, à fleur d’eau, propices au développement d’une végétation spontanée (‪carex‬, ‪roseaux‬ …)

Ceux qui vivent à l’intérieur des arbres

Fotolia_71075932_M

Sa collecte est interdite dans les forêts sacrées du Bénin. Dans les jardins de Kagoyamaen au Japon, ils sont deux à avoir été mis en sécurité et conservés. L’arbre mort semble avoir un statut bien particulier dans les forêts du monde entier. Pourquoi ?

Couchés ou encore debout, les arbres morts ne sont pas amenés à disparaître pour autant. Au contraire, la fonction d’habitation qu’ils prennent alors font d’eux des chaînons majeurs des écosystèmes forestiers.

Humide, le bois récemment mort est d’abord colonisé par des champignons et des bactéries qui trouvent là le terreau idéal pour pouvoir prospérer. Ils sont des acteurs essentiels du recyclage de la matière ligneuse et de la minéralisation de la matière organique qui, in fine, permettra au bois de devenir terreau puis humus.

En deuxième ligne arrivent les gastéropodes et les insectes qui trouvent dans les cavités provoquées par sa sénescence des abris idéaux pour pondre et se reproduire. Les petits ne quitteront pas ce milieu jusqu’à ce qu’ils atteignent leur taille adulte. Par la suite, ils reviendront dans ces sanctuaires pour y délivrer la future génération.

De nombreux oiseaux et mammifères (chauve-souris, musaraignes, hérissons, etc) se nourrissent d’espèces saproxyliques. L’intérieur des troncs constituent donc pour eux un véritable garde-manger. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à utiliser ces endroits pour se réfugier et nicher.

Ôter le bois mort des forêts représenterait une menace directe pour la survie de nombreuses espèces. Aussi au SyAGE, quand il est nécessaire de déplacer du bois mort pour des raisons de sécurité, nous faisons en sorte de regrouper en un même lieu tout ce que nous transportons pour former de véritables niches écologiques, propices au développement de la biodiversité dans la vallée de l’Yerres.

Veiller sur la vallée et ses habitants

Vincent Delecour est entré au SyAGE en 2008. Précédemment employé par une association de protection de la nature, puis passé par différents postes au sein du Syndicat, Vincent a toujours su garder un fil directeur à son travail : garantir à la biodiversité le respect qui lui est dû.

Vincent-webSoumise aux exigences des activités humaines, la nature a souvent besoin d’une main secourable pour entretenir et restaurer son patrimoine. Au Syndicat, cette mission est prise en charge notamment par Vincent Delecour. Ce dernier propose et met en œuvre un plan d’action pour rénover des espaces naturels usés par le temps et les hommes. La restauration de l’étang de Villecresnes est un bon exemple de cette « seconde vie » que Vincent permet de faire émerger.

Comme dans tous cours d’eau non domaniaux, l’entretien des parties en domaine privée de l’Yerres est à la charge du propriétaire riverain chez qui il passe. A l’inverse, la gestion des parties publiques est organisée par le service Aménagement & Protection des Milieux du SyAGE – dont Vincent dépend, et entretenue par le service Gestion et Entretien de la Rivière. Intervenant essentiellement pour les communes dont la compétence Rivière a été déléguée au SyAGE, Vincent a à cœur de concilier les attentes des usagers et le respect de la nature.

 
 

Le classement de la vallée de l’Yerres au titre de la loi Monuments et Sites depuis le 23 décembre 2006 lui reconnaît un cachet et une identité unique dans le paysage français. Le promeneur empruntant la Liaison Verte de Crosne à Varennes-Jarcy saura apprécier la faune et la flore diversifiées qui bordent son parcours. Cette biodiversité se retrouve aussi dans les mares, les fossés et les rus à proximité de la rivière. Le travail de Vincent se place dans la même optique de promotion du territoire. « La taille des saules en têtards, nous dit-il, se retrouve fréquemment dans la vallée de l’Yerres. Cette coupe particulière offre un habitat naturel à un certain nombre d’insectes ». Sauvegarde de la biodiversité peut donc rimer avec beauté de la vallée !

En soutenant une gestion raisonnée du patrimoine naturel au rythme de réalisations ponctuelles tout au long de la rivière, Vincent ainsi que tous les agents chargés de la protection de la biodiversité entendent délivrer un message simple : celui du respect de la nature et du cycle de vie de ses habitants.