Posts Tagged “réveillon”

Échanges d’expertises : quand l’Yerres rencontre l’Orge

portrait-steven-bouget-1024
 
 

Entre professionnels de l’environnement, le dialogue est toujours fructueux. C’est pour cela que le Syndicat organise régulièrement des échanges avec des structures chargées de missions semblables aux siennes.
Dans cette optique, le jeudi 25 Février au matin, le service Contrôle des Milieux Naturels du SyAGE est allé à la rencontre de son homologue au Syndicat de l’Orge. Explications avec Steven Bouget, chef de ce service.

 
 
 
 

« Le SyAGE a deux stations de mesure : la première est située à Villeneuve-Saint-Georges, à la confluence entre l’Yerres et la Seine, et la deuxième se trouve au Parc des Deux Rivières à Yerres, sur le Réveillon.

Nous projetons de construire une troisième station de mesure de la qualité de l’eau, plus en amont, à Évry-Grégy-sur-Yerres, ville située géographiquement entre les deux contrats de bassins pilotés par le SyAGE. Cela nous permettrait de mesurer les éventuelles pollutions en transit vers l’aval, et donc de fournir de précieuses informations afin d’améliorer la qualité de l’eau sur l’ensemble du bassin versant.

Outre cette problématique stratégique, il nous a semblé essentiel de solliciter des retours d’expériences du Syndicat de l’Orge afin de mener ce projet à bien. En effet, les services de cette structure possèdent et gèrent 5 stations de mesure sur l’Orge aval. Ils possèdent donc un savoir-faire technique indéniable, qu’ils ont été ravis de nous faire partager.

La station que nous sommes allés visiter se situe dans la commune d’Arpajon. Elle est reliée au réseau d’eaux usées et à celui d’eau potable. C’est un avantage non négligeable, car cela permet de nettoyer les instruments de mesure, et d’évacuer facilement les réactifs utilisés pour mesurer la qualité de l’eau.

De plus, le système de pompage en place est relativement simple, du fait de la proximité avec le cours d’eau et du faible dénivelé, et donc d’un coût assez faible. Suite aux soucis que nous avons eus sur notre station de Villeneuve-Saint-Georges, connaître l’existence de ce type de pompe nous a été très utile.

Enfin, on nous a conseillé d’éviter les pièces de tuyauterie sur-mesure, car elles rendent les opérations de maintenance plus compliquées et surtout plus coûteuses.

Les agents que nous avons rencontrés étaient tous très professionnels et compétents. Nous les avons invité à nous demander, à leur tour des conseils, et nous les convierons avec plaisir à l’inauguration de notre future station ! »

Pourquoi le SyAGE met-il les saules en têtard le long de la rivière ?

1024px-Alphonse_Asselbergs._Saules-têtards
« Saules-têtards le long d’un fossé », peinture d’Alphonse Asselbergs.

Tous les 3 ans, de fin décembre jusqu’à mi-mars, les services techniques du SyAGE parcourent les berges du Réveillon de Santeny jusqu’à Yerres pour « mettre en têtard » les saules du bord de la rivière.

Cette pratique ancestrale de sculpture végétale consiste à couper le haut du tronc d’un arbre, puis, pendant ses premières années de formation, à enlever régulièrement les pousses qui viendraient y apparaître.

Après cette période initiale, la « mise en têtard » se poursuit en rabattant, tous les 3 ans, les rejets qui apparaissent sur la tête du tronc.

Ces rabattements successifs provoquent l’apparition de bourrelets de cicatrisation et élargissent le haut du saule pour lui donner une forme de « grosse tête ». La fréquence de cette opération – appelée étêtage – diminue au fur et à mesure que l’arbre se développe.

Portrait, Saule taillé en têtard .

         Saule taillé en têtard

Longtemps utilisée pour le bois de chauffage qu’elle permettait de récolter, cette technique est maintenant promue notamment pour son intérêt écologique. En effet, les cavités formées à la faveur des coupes successives permettent à la faune cavernicole de pouvoir se loger en toute sécurité.

Dernière étape de la campagne d’étêtage triennale des saules, les équipes du SyAGE seront à proximité de la rue de Cerçay à Villecresnes jusqu’au vendredi 18 mars.

Enfin, dans un souci de développement durable, le bois récolté depuis le début de cette opération servira à faire du compost dans le but de solidifier les chemins, ainsi que du tressage – méthode de Génie végétal utilisée pour solidifier les berges.

Escapades au bord de l’eau – 5ème partie

Sur les traces de Gustave Caillebotte

illu-blog-et-caroussel
Nous vous proposons de partir à la découverte d’une promenade réalisée dans le cadre de la Liaison Verte des bords de l’Yerres et du Réveillon.

Après le Réveillon, retour sur les bords de l’Yerres avec cette excursion sur les pas du célèbre peintre qui immortalisa, en son époque, les paysages de la vallée. Durant la deuxième moitié du XIXème siècle, l’artiste impressionniste y a peint de nombreux tableaux représentant la rivière. Son héritage s’exprime encore aujourd’hui dans la propriété familiale. Cet itinéraire de la Liaison Verte est l’occasion de se replonger dans cette époque où guinguette et canotage le long de l’Yerres rythmaient la vie des habitants.

Pour découvrir les lieux-phares de cette promenade, cliquez sur les éléments en surbrillance présents sur la carte.

Pour accéder à la 6ème partie des escapades au bord de l’eau, cliquez ici

Escapades au bord de l’eau – 4ème partie

En chemin vers les Deux Rivières.

illu-blog-et-caroussel

Nous vous proposons de partir à la découverte d’une promenade réalisée dans le cadre de la Liaison Verte des bords de l’Yerres et du Réveillon.

Dans l’objectif d’atteindre la confluence entre l’Yerres et le Réveillon, nous cheminerons le long de la rivière non loin du centre-ville de Brunoy où un riche patrimoine, notamment historique, est encore présent dans cette partie de la vallée. Alternant espaces aménagés et sentier en sous-bois, cet itinéraire propose une multitude de découvertes et de trésors insolites au fil de l’eau …

Pour découvrir les lieux-phares de cette promenade, cliquez sur les éléments en surbrillance présents sur la carte.

Pour accéder à la 5ème partie des escapades au bord de l’eau, cliquez ici

Escapades au bord de l’eau – 3ème partie

Sur la piste du Réveillon

illu-blog-et-caroussel

Nous vous proposons de partir à la découverte d’une promenade réalisée dans le cadre de la Liaison Verte des bords de l’Yerres et du Réveillon.

Pour cette nouvelle partie, une fois n’est pas coutume, rallions ensemble le plateau Briard en suivant les berges du Réveillon, principal affluent de l’Yerres. Ce petit cours d’eau serpente entre les communes Val-de-Marnaises pour se jeter dans l’Yerres sur le site bien nommé des Deux Rivières.

Pour découvrir les lieux-phares de cette promenade, cliquez sur les éléments en surbrillance présents sur la carte.

Pour accéder à la 4ème partie des escapades au bord de l’eau, cliquez ici

Pour que le Réveillon coule de source …

continuite-ecologique-reveillon-web
 

Respecter les exigences de la Directive Cadre sur l’Eau imposant l’atteinte du « bon état des eaux » à l’horizon 2021 conduit à rendre au Réveillon, à ses poissons et à ses sédiments la possibilité de circuler librement, naturellement. Retour sur une étape phare de la restauration de la continuité écologique sur l’un des principaux affluents de l‘Yerres …

Un partenariat entre plusieurs acteurs

Le SyAGE et le SIAR sont les deux syndicats compétents sur le bassin versant du Réveillon. De Servon jusqu’à Yerres, les deux structures se partagent la gestion de la rivière sur le territoire des 11 communes bordant la rivière.

En 2013, Le SyAGE et le SIAR ont décidé d’un partenariat pour mener ensemble une étude globale de restauration de la continuité écologique du Réveillon. Disposant des moyens humains et matériels nécessaires, le SyAGE est naturellement désigné comme maître d’ouvrage porteur de l’étude.

Pour Laetitia Mondion, animatrice du contrat de bassin Yerres aval au SyAGE et chargée de la communication entre les deux structures :  » il est tout à fait logique que nous ne nous arrêtions pas aux frontières administratives pour travailler de concert à l’échelle du bassin versant, seule échelle cohérente pour cette étude « .

La phase d’étude a commencé en octobre 2013 et s’est fini en janvier 2015. Son montant a été de 64 533 Euros TTC, subventionné à hauteur de 80% par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (40%) et la Région Ile-de-France (40%).

Un territoire unique

En répertoriant et en analysant toutes les données relatives au cours d’eau, plusieurs aménagements possibles ont été identifiés, pour chacun des 53 ouvrages faisant obstacle à la libre circulation des eaux du Réveillon et de ses affluents. Ces aménagements permettront de rétablir la continuité sédimentaire et piscicole du bassin versant dans l’objectif d’améliorer la qualité des eaux.

Un comité de pilotage constitué des syndicats, de représentants de l’Etat, des principaux financeurs, des fédérations de pêche de Seine-et-Marne, de l’Essonne, de Paris-Petite couronne et de l’association environnementale du Réveillon, a suivi l’étude et en a validé chacune de ses phases après de fructueux échanges .

L’étude étant aujourd’hui achevée, le SIAR et le SyAGE reprennent la gestion de leur territoire respectif pour poursuivre avec des études plus fines et engager des travaux de restauration. Pour mener à bien ces projets, une concertation sera engagée entre les syndicats, les propriétaires, les communes et les partenaires financiers et techniques pour que le Réveillon reste un endroit privilégié dans la vallée où il fait bon s’oxygéner.

Escapades au bord de l’eau – 2ème partie

les boucles de l’Yerres entre Épinay-sous-Sénart et Brunoy.

illu-blog-et-caroussel

Nous vous proposons de partir à la découverte d’une promenade réalisée dans le cadre de la Liaison Verte des bords de l’Yerres et du Réveillon. Pour cette seconde partie, nous continuerons notre cheminement le long de la rivière pour atteindre Brunoy en empruntant le sentier longeant la plaine d’Épinay-sous-Sénart et sa peupleraie. Vaste prairie où autrefois paissaient des animaux destinés à l’élevage, cet espace naturel est désormais investi par les riverains des cités voisines en quête de tranquillité et de loisirs au bord de l’eau. Ce paysage préservé de l’urbanisation à deux pas des grands ensembles, est un écrin de verdure très particulier dans la partie aval de la vallée de l’Yerres.

Pour découvrir les lieux-phares de cette promenade, cliquez sur les éléments en surbrillance présents sur la carte.

 

Pour accéder à la 3ème partie des escapades au bord de l’eau, cliquez ici

Escapades au bord de l’eau – 1ère partie

les boucles de l’Yerres entre Boussy-Saint-Antoine et Epinay-sous-Sénart

illu-blog-et-caroussel

Nous vous proposons de partir à la découverte d’une promenade réalisée dans le cadre de la Liaison Verte des bords de l’Yerres et du Réveillon. Pour cette première partie, nous cheminerons de Boussy-Saint-Antoine en direction d’Épinay-sous-Sénart pour atteindre le Moulin de Rochopt. Serpentant entre les côteaux de la forêt de Sénart toute proche et le plateau de la Brie, la rivière offre ici aux promeneurs un cadre bucolique et enchanteur.

Pour découvrir les lieux-phares de cette promenade, cliquez sur les numéros présents sur la carte.

 

 

Pour accéder à la 2ème partie des escapades au bord de l’eau, cliquez ici

Vivre en vallée de l’Yerres au rythme des saisons

Ambiance-rivière-2-article-vincent-web

Et oui, c’est l’hiver. Enfin, dans le calendrier, parce que jusqu’à présent, pas de conditions météorologiques difficiles prolongées qui nous « piquent les oreilles » et perturbent nos activités quotidiennes, mais plutôt de la douceur, avec des ciels bas, encombrés de nuages chargés de pluie, parfois de neige ou le verglas qui recouvrent nos sols, et grisent surtout nos esprits. C’est la morte saison, dit-on.

Morte saison pour la végétation, peut-être mais en aucun cas morte saison pour l’équipe rivière du Syndicat, qui, aux abords de la Liaison Verte, s’emploie à entretenir les berges de l’Yerres et du Réveillon en nettoyant, taillant, élaguant ici et là pour sécuriser les parcours de promenade au bord de l’eau.

Tous ces travaux d’entretien saisonniers nécessitent évidement l’utilisation de véhicules, d’engins, qui au cours de leurs déplacements, de leurs manœuvres, peuvent parfois laisser quelques marques sur un sol devenu meuble. Toutefois, quand il s’agit de dégradations plus profondes et gênantes pour les promeneurs, les agents du SyAGE veillent à remettre rapidement en état les zones détériorées lors des opérations d’entretien.