Un inventaire naturaliste dans une zone humide à Brunoy

Un inventaire naturaliste dans une zone humide à Brunoy

Publié le 3 décembre 2020

Missionnée par le SyAGE dans le cadre d’un inventaire naturaliste, Oriane Josserand, chargée d’études fauniste chez Biotope, réalise un diagnostic écologique sur un site délimité autour du barrage de l’Abbaye à Brunoy.

L’inventaire naturaliste concerne « un site à potentialité » à Brunoy. La naturaliste est chargée de l’étude faune flore, habitats et zones humides. « D’étudier la présence ou l’absence d’habitats naturels et d’espèces qui présentent des enjeux locaux de conservation ou qui sont protégés dans ce secteur défini ». L’étude vise à dresser un inventaire exhaustif et d’établir une liste des espèces protégées et menacées.

L’inventaire naturaliste a nécessité un important travail préparatoire de recherches avant les observations sur le terrain. « Il s’appuie à la fois sur une analyse bibliographique de la zone caractéristique, en se basant sur d’anciennes études des espèces potentiellement connues mais aussi de données faunistiques communales issues de bases de données naturalistes telles Cettia (Agence Régionale de la Biodiversité) et Faune Île-de-France (LPO) ».

Le travail de recherches s’est ensuite accompagné de prospections de terrain, en prenant en compte des cycles de vie des différentes espèces.

Durant l’hiver, Oriane Josserand s’est rendue sur le site du barrage de l’Abbaye pour recenser les oiseaux migrateurs qui se reproduisent généralement plutôt de février à avril-mai, les oiseaux sédentaires (période de reproduction entre le mois décembre à janvier) comme les rouges-gorges ou les pics-verts ainsi que les oiseaux hivernant.

La naturaliste a effectué également une prospection nocturne en mars pour les amphibiens. « Ces derniers vivent cachés dans l’eau en période de reproduction. L’observation de nuit avec une lampe frontale est la plus adaptée ». Il faut savoir que les amphibiens sont protégés par la loi en France métropolitaine (arrêté du 19 novembre 2007), car ce groupe d’espèces est facilement impacté par les aménagements du territoire. Il est ainsi interdit de toucher ou de manipuler les amphibiens. « Ce groupe d’espèces est menacé à cause de la disparition progressive des zones humides».

L’inventaire naturaliste de la zone humide de Brunoy va permettre « de déterminer les éléments à enjeux (faible, moyen, fort) des différentes espèces protégées ou menacées ainsi que des habitats d’espèces présents sur les aires d’études. Ces enjeux seront localisés sur des cartes ».

Un outil qui contribuera à mieux recenser et connaître cette biodiversité afin de mieux la protéger.

C’est quoi une zone humide ?

La loi sur l’eau définit les zones humides comme «les terrains, exploités ou non habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année».

Les milieux humides présentent de multiples facettes et se caractérisent par une biodiversité exceptionnelle. Ils abritent en effet de nombreuses espèces végétales et animales. Par leurs différentes fonctions, ils jouent un rôle primordial dans la régulation de la ressource en eau, l’épuration et la prévention des crues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *