Une journée inter-PAPI riche en interrogations

Une journée inter-PAPI riche en interrogations

Publié le 6 juin 2019

Une journée inter-PAPI (Programmes d’actions de prévention des inondations) s’est déroulée mardi à Paris, organisée par l’EPTB Seine Grands Lacs. Le président du SyAGE, Alain Chambard, y est intervenu. La journée a permis d’aborder plusieurs questions et de lancer des débats, que Pierre Bretaudeau, animateur du PAPI de l’Yerres, porté par le SyAGE, résume pour nous :
Faut-il continuer à assurer les personnes construisant en zones inondables ? « Une interrogation qui permet de se questionner sur la pertinence des PPRI* au niveau de leur impact réglementaire sur les nouvelles constructions », souligne Pierre Bretaudeau.
Comment le monde agricole peut-il aider à la prévention des inondations ? « Faut-il proposer un salaire aux agriculteurs pour créer des zones de stockage des crues dans leurs parcelles ? Comment peuvent-ils agir pour retenir les eaux de ruissellement et faut-il leur imposer des pratiques ?, telles ont été les interrogations des participants à cette journée. »
Existe-t-il d’autres manières de gérer le risque inondation en Europe et comment est perçu le système français ? « La gouvernance en bassin notamment grâce aux Agences de l’eau et aux EPTB est reconnu et permet la multiplication des PAPI, beaucoup plus rapidement que dans d’autres pays composés de régions fédérales, reprend Pierre Bretaudeau. Mais il a été dit que le système français était peut-être trop vertical et pouvait parfois souffrir d’un déficit d’écoute de l’échelon local. »
Un point, enfin, a été réalisé sur la dynamique des PAPI dans le Bassin Seine amont. « Cinq PAPI sont en cours, dont celui de l’Yerres, et trois autres vont voir le jour. La région est en retard par rapport au pays mais on observe une réelle dynamique », conclut Pierre Bretaudeau. Le PAPI complet de l’Yerres, débuté en 2018 pour cinq ans, comporte 28 actions et est doté d’un budget de 2,3 M€. Il a succédé à un PAPI d’intention (2012 – 2017).
Cette journée a permis de remettre trois prix à trois étudiants de master ayant travaillé sur ces problématiques, dont le « Prix Georges Emblanc », qui rend hommage à un homme passionné du vivant et des rivières, mort au mois de mars 2017.

* PPRI : Plan de prévention des risques inondation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *