Vallée de la Brie, une biodiversité riche et diversifiée

Vallée de la Brie, une biodiversité riche et diversifiée

Publié le 8 décembre 2020

Le bassin versant de l’Yerres s’étire sur 1 030 km² dans le plateau de la Brie. Un vaste territoire qui offre une grande diversité de paysages et de sites naturels et renferme une biodiversité foisonnante qui font la richesse et le charme de la vallée de la Brie.

 Vu du ciel, la vallée de la Brie dessine une grande trame verte composée de plusieurs centaines d’hectares de massifs forestiers et une trame bleue avec l’Yerres et ses affluents.

La forêt de Sénart, la vallée de l’Yerres, la basse vallée de l’Yerres, la forêt de la Grange, la forêt d’Armainvilliers, la forêt de Crécy-la-Chapelle, la basse vallée du Bréon, la forêt de Malvoisine bénéficient d’un classement  Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF). Une labellisation du ministère de l’Environnement en raison de leur caractère remarquable. Ces massifs forestiers offrent à la fois de beaux cadres naturels et un grand réservoir de biodiversité.

L’un des sites naturels les plus emblématiques du territoire est sans conteste la vallée de l’Yerres. Elle jouit d’une double protectionZNIEFF et « Loi paysage* ». La zone concernée s’étend de Varennes-Jarcy à Villeneuve-Saint-Georges. C’est la plus haute protection pour le patrimoine naturel. L’Yerres constitue un intérêt particulier pour ce secteur protégé car elle abrite deux espèces de poissons patrimoniales, le Brochet et la Bouvière mais également l’Anguille, seule espèce migratrice et protégée au niveau national. Les odonates (demoiselles et libellules) comme la Grande aeschne affectionnent particulièrement les berges de la rivière. La ripisylve (végétations des bords de cours d’eau) et les boisements sont utilisés par sept espèces de chiroptères (chauves-souris) dont la Pipistrelle de Kuhl, la Pipistrelle de Nathusius et le Murin de Daubenton, espèces protégées et rares en Île-de-France. Les prairies aux alentours sont appréciées par plusieurs espèces d’orthoptères (familles des sauterelles et grillons) comme la Zygène de la filipendule, rare en Île-de-France. Une biodiversité remarquable mais qui n’est pas représentative de l’ensemble du territoire.

317 000 visiteurs en 2018

L’île de loisirs du Port aux Cerises à Vigneux offre un superbe cadre de verdure et de loisirs. C’est un vaste espace de 163 hectares composé d’un plan d’eau d’une trentaine d’hectares. Il a reçu le Prix du paysage en 2009. 317 000 visiteurs ont été accueillis en 2018. C’est le premier site touristique de l’Essonne.

La Maison Caillebotte et son parc à Yerres, qui a été labellisée Espace arboré remarquable en 2017, attire également un large public. Le parc renferme de nombreux arbres magnifiques dont un cèdre du Liban de 45 m et un platane à trois troncs de 43 m, qui ont près de 200 ans.

Dans la même commune, l’île Panchout à Yerres, labellisée « Espace Naturel Sensible » par le Département. Il s’agit d’un espace dont le caractère naturel est menacé et rendu vulnérable en raison de la pression urbaine ou du développement des activités ou de loisirs, ou qui revêt un intérêt particulier pour la qualité du site ou de sa biodiversité. Le site fait le bonheur des amoureux de la nature. Des vaches highland y assurent un éco-pâturage, alternative écologique à l’entretien mécanique ou chimique.

Autre zone sanctuarisée, la plaine de Chalandray à Montgeron (Loi paysage). Outre son intérêt écologique, elle joue aussi un rôle de tampon essentiel lors de la montée des eaux.

150 essences d’arbres venus des cinq continents

Toujours à l’aval de la rivière, plusieurs sites méritent le détour. L’île des Prévots à Crosne est protégée depuis 1982 pour son intérêt écologique. Elle abrite également un refuge ornithologique.

La liaison verte des bords de l’Yerres et du Réveillon est également un espace fréquenté et apprécié. Elle est aménagée par le SyAge depuis 1997 grâce à la création de plusieurs itinéraires et de promenades et d’ouvrages de franchissement afin de rendre la rivière plus accessible au public sur une quarantaine de kilomètres.  

Dans le Val-de-Marne, le Chemin des Roses à Servon (ENS) a été aménagé sur l’ancienne voie ferrée de la ligne de Vincennes, long de 16 km qui relie Servon à Yèbles, en passant par les communes de Brie-Comte-Robert, Grisy-Suisnes, Coubert, Solers et Soignolles-en-Brie.

En amont de la rivière, le parc du Val des Dames à Gretz-Armainvilliers est également un site incontournable. L’arboretum du Val des Dames s’étend sur 16 hectares et renferme quelque 150 essences d’arbres parfois âgées de plusieurs siècles, originaires des cinq continents. Il a été créé il y a près d’un siècle par le docteur Hutinel, membre de l’académie de médecine.

*Loi paysage : Loi qui vise à mettre en valeur des paysages, qu’ils soient naturels ou aménagés, simples ou spectaculaires.

Le SyAGE aménage la Liaison verte en bordure d’Yerres depuis plus de vingt ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *